En Amérique du Nord, lancement d'une campagne mondiale contre Nestlé !

18 novembre 2020
La lettre des défenseurs de l'eau canadiens, américains, suisses à Nestlé marque le lancement d'une campagne mondiale - intitulée «Nestlé's Troubled Waters» - pour faire pression sur l'entreprise, les acheteurs potentiels, les régulateurs et les législateurs pour que la propriété de ces sources d'eau revienne au public (voir publication du 25 octobre)
Cette campagne a d’ores et déjà pris la forme de deux pétitions complémentaires émanant de deux ONG  :
PÉTITION de The STORY off STUFF PROJECT (en anglais)  « Nestle’s troubled water "
Traduction - L’eau trouble de Nestlé Terminer l'extraction -
Pendant des décennies, Nestlé Waters a acheté l'accès à l'eau publique à travers l'Amérique du Nord, transformant une ressource publique vitale en une marchandise privée et laissant dans son sillage une traînée de promesses non tenues, de dommages écologiques et de ressources en eau épuisées.
Désormais, avec l’annonce récente de l’intention de la société de vendre sa division régionale d’eau en vrac, Nestlé cherche à réaliser un dernier profit aux frais du public.
Mais dans le contexte d’une pandémie mondiale, d’une augmentation des sécheresses et des incendies de forêt en Amérique du Nord et d’une crise du plastique qui s’aggrave, il est plus clair que jamais que l’eau doit être contrôlée par les gens, et non par des entreprises privées. C’est pourquoi nous exigeons que Nestlé remette cinq de ses sources d’eau les plus controversées au contrôle public avant toute vente.
•PÉTITION de SUM of US (en français)  « Nestlé est sur le point de vendre toutes ses activités dans le secteur de l'eau en bouteille en Amérique du Nord.
À Nestlé et aux acheteurs potentiels de ses activités dans le secteur de l'eau : rendez l'eau de la Californie, de la Floride, du Michigan, du Colorado et de l'Ontario au contrôle public.
Nos victoires collectives en Oregon, en Colombie-Britannique et en France contre Nestlé sont une raison incontournable pour laquelle Nestlé veut se retirer complètement du business de l'eau en bouteille. Le moment est arrivé de nous assurer que Nestlé et ses acheteurs potentiels reçoivent bien notre message : nous n’allons pas reculer devant la vente de ses activités liées à l'eau sur tout le continent Nord Américain. »
RAPPELONS NOUS que :
- Nestlé vend ses marques « régionales, insuffisamment rentables » mais n’abandonne pas pour autant le marché North America. Il compte recentrer son business de l’eau sur la vente de ses marques internationales « haut de gamme » à plus fort rendement : Perrier, Aqua Panna, San Pellegrino.
- Nestlé vient de supprimer 250 emplois dans son usine Perrier de Vergèze pour mieux passer à 2 milliards de bouteilles par an et augmenter ses exportations vers l'Amérique du Nord notamment.
- Nestlé vient d’augmenter les dividendes de ses actionnaires de 10% pour la huitième année consécutive.
- Nestlé a des pratiques similaires au Canada, aux Etats-Unis, au Brésil, en France à Vittel Vergèze et dans d'autres pays pour puiser, épuiser, enfumer, polluer.
Water for life, not profit !

NESTLE supprime 59 équivalents temps plein à VITTEL !

9 novembre 2020
Après Vergèze PERRIER (suppression de 250 postes), c'est à nouveau le tour de Vittel. Vosges matin du 7 novembre traite l'information à la façon communication de Nestlé.

 Le journal titre :

« Nouvelle ligne de production : Nestlé débute les travaux à Vittel - Annoncés en juillet 2020 pour un montant de 20 millions d’euros, les travaux de la nouvelle ligne d’embouteillage de Nestlé Waters à Vittel, qui sera effective en début d’année 2021, ont débuté. Cet investissement va s’accompagner de 55 départs en retraite anticipée. »

Viennent ensuite les habituels arguments de verdissage de Nestlé, les « économies de plastique vierge et d’eau »… puis l'annonce par la direction de Nestlé de ses "mesures d’Aménagement de Fin de Carrière ", comprenez les 55 emplois supprimés.

La réaction de Stéphane Cachet, secrétaire adjoint CGT du comité d’entreprise (CE) de Nestlé Waters Vosges , est une nouvelle fois des plus féroces : « Ce projet est, au contraire, un gros coup de massue ».  Selon nous, ce sont 59 équivalents temps plein qu’on va perdre ! Il n’y a pas de départ contraint, certes, mais sur certaines lignes, le volume de production va augmenter. Depuis deux ans, nous faisons moins 22 % en expédition, mais nos marques rapportent toujours. La situation est regrettable encore une fois. Et on aimerait maintenant que nos hommes politiques locaux s’expriment sur l’emploi chez Nestlé Waters ! ».

En dernière ligne, on apprend qu' « à ce jour, Nestlé compte 931 salariés » . Chiffre à retenir car il est très inférieur au chiffre de 1000 habituellement relayé par la presse et repris dans les précédentes publications de leauquimord.

 

Au-delà de ce papier de Vosges matin-Crédit Mutuel , un rappel s’impose sur les dernières suppressions d’emplois chez Nestlé Waters Vosges (NW).

 

En janvier 2019, dans le cadre du "plan de réorganisation NBE (Nestlé business excellence)", le groupe Nestlé annonçait la suppression de 26 postes sur l’antenne NW Marketing distribution d’Auzainvilliers, liée aux sites de production Vittel-Contrexéville. C’est fait.

 

En juin 2019, dans le cadre du plan de réorganisation "Vosges 2022", Nestlé annonçait « 120 départs volontaires » d’ici 2022. C’est fait, les salariés sont déjà partis.

 

Qu’en ont dit les préfets successifs et les hommes politiques locaux, régionaux, nationaux ? Rien. Pourtant, c’est au nom de l’emploi qu’ils ont défendu le projet de pipe-line insensé, abandonné depuis grâce au Collectif Eau 88. C’est au nom de l’emploi qu’ils permettent à Nestlé de continuer à siphonner la nappe profonde en voie d’épuisement et qu'ils l’autorisent à « compenser » sa baisse de prélèvements dans cette nappe par une augmentation de pompage dans la nappe du dessus. C’est au nom de l’emploi et d’une image de marque qu’ils ont pris, à l’aveugle, toutes ces (non)décisions calamiteuses.

 

Aujourd’hui, dans le cadre du dénommé "projet Passerelle" (!), c’est une nouvelle charrette de 59 ETP qui est prête à partir. Espérons qu’elle ne sera pas chargée d’avantage avec la mise en service de cette nouvelle ligne de production…

 

Le nouveau préfet des Vosges, les mêmes hommes politiques en place vont-ils s’exprimer sur ces prochains « départs » qui portent à environ 200 le nombre de suppressions d’emplois chez NW Vosges en deux ans (le député va-t-il monter à la tribune ?). Ou resteront-ils MUETS ?

 

Et les salarié.es, les habitant.es, vont-ils finir par comprendre ce qui les attend ?

 

Le problème, avec Nestlé-Vittel, n’est pas local.

Regardons la situation en France avec Perrier. Nestlé a supprimé 26 emplois chez NW Marketing distribution à Garons en 2019 et vient d’annoncer la suppression de 250 emplois dans son usine d'embouteillage à Vergèze (cf. mon post du 7 novembre).

Regardons la situation en Europe, en Amérique du Nord, sur tous les continents où la multinationale est implantée.

 

Le groupe Nestlé vient d'augmenter les dividendes de ses actionnaires (+10% en 2019), pour la douzième année consécutive .

 

Nestlé peut bien déclarer « économiser » le plastique vierge, cela ne « compensera » pas les dégâts de sa pollution qui contribue massivement à empoisonner le vivant.

Nestlé peut bien déclarer « économiser » l’eau de process, son objectif reste le pillage de l’eau pour sa vente de bouteilles.

Quand il n’y aura plus d’eau, il n’y aura plus d’emploi du tout, ni pour les générations actuelles, ni pour celles à venir.

 

Alors, qu’est-ce qu’on fait, on attend les politiques, on continue à laisser faire, on s’accroche à une activité économique non essentielle, non durable, mortifère ?

 

Il serait grand temps de réfléchir démocratiquement et collectivement à une "transition", à des alternatives économiques avant que ce territoire dénommé "Terres d'eau" ne se retrouve complètement à sec.

 

Ayons enfin le courage de dire NON à NESTLE !

STOP embouteillage de l’eau !

L’eau pour la vie, pas le profit !


NESTLE supprime 250 postes à Vergèze-PERRIER !

7 novembre 2020
Trois ans à peine après l’annonce de son programme de réorganisation « Perrier-Cap 2020 », Nestlé annonce la suppression de 250 postes dans son usine du Gard,
Ce « programme », en voie d’achèvement, vise à augmenter sa production de bouteilles Perrier de 1,3 milliards en 2016 à 2 milliards en 2020.
Dans le reportage de France3, on retrouve Hervé Levis, ex directeur Nestlé à Vittel nommé directeur Nestlé à Vergèze en mai 2019.
A Vittel, on se souvient avec quelle implication il a défendu le projet de pipeline lors de la concertation publique bidon de janvier 2019 (projet abandonné depuis, grâce au Collectif Eau 88). Mais dès juin 2019, la direction de Nestlé Waters Vosges annonçait la suppression de 110 emplois d’ici 2022 (c’est fait, ils n’existent plus). Et ce n’est pas fini…
A Vittel et Contrexéville (qui appartenait au groupe Perrier), il y avait 4500 emplois en 1975, avant que Nestlé ne rachète ces deux sites industriels. Aujourd’hui, il en reste moins de 1000 pour une production de 1,6 milliards de bouteilles.
Installée dans les Vosges depuis 50 ans, la multinationale a la main sur les trois nappes souterraines du secteur. On sait que la nappe la plus profonde est en voie d’épuisement. Dans quel état sont les deux autres, mystère ?!! Quoi qu’il en soit, Nestlé pompe, pompe, ne s’arrête pas de pomper.
La situation de Vergèze avec Nestlé ressemble comme deux gouttes d’eau à celle de Vittel. Même enfumage, même pillage, même pollution plastique, même complicité de l’Etat et des élus locaux. Et mêmes alertes sécheresse récurrentes…
La nappe phréatique de Vérgèze finira-t-elle comme celle de Vittel : épuisée à force d’être puisée par Nestlé ? Les habitants vont-ils aussi bientôt manquer d’eau ?
Quand il n‘y aura plus d’eau, il n’y aura plus d’emploi du tout.
Défendons l’eau, bien commun.
STOP NESTLE ! L’eau pour la vie, pas le profit !

En Amérique du Nord, la lutte continue contre Nestlé !

25 octobre 2020

 Des nouvelles d' Amérique du Nord où Nestlé  peine à se débarasser de ses marques d'eau "non rentables"...  et des multiples conflits avec les défenseurs de l'eau.

Dans le comté de Wellington - Canada, la tentative initiale de Nestlé de vendre  la marque de bouteilles d’eau Pure Life  à Ice River Springs  a échoué.

Les défenseurs de l’eau, dont les Wellington Water Watchers, exigent de Nestlé Water Canada que  l’usine d’Aberfoyle, les puits d'Erin et Elora   (Pure Life) revienne en propriété publique et soit rendue aux Six Nations.

Ils ont demandé l'approbation du  gouvernement pour supprimer progressivement les permis de prélèvement d'eau pour les embouteilleurs ces dernières années.

Plus d'une douzaine d'organisations au Canada, aux États-Unis et en Suisse ont écrit au PDG de Nestlé, Ulf Mark Schneider, pour «exiger que l'entreprise rende au public le complexe Aberfoyle et quatre autres sources d'eau particulièrement controversées avant toute vente». Ces autres sources se trouvent au Michigan, au Colorado, en Floride et en Californie (marques Pure Life, Poland Spring, Arrowhead, Zephyrhills et Ice Mountain).

Cette lettre des défenseurs de l'eau marque le lancement d'une campagne mondiale - intitulée «Nestlé's Troubled Waters» - pour faire pression sur l'entreprise, les acheteurs potentiels, les régulateurs et les législateurs pour que la propriété de ces sources d'eau revienne au public.

 

Soutien aux activistes défenseurs de l'eau contreNestlé en Amérique du Nord !
Water for life, not profit !


Alliance VOLVIC VITTEL pour dire NON à DANONE NESTLE

16 octobre 2020
Le Collectif Eau 88 et L'eau qui mord reviennent de Volvic où ils ont  rencontré les défenseuses et défenseurs de l'eau de l'association PREVA.
A VOLVIC et VITTEL, nous sommes face DANONE et NESTLE, deux multinationales de l'industrie agro-alimentaire dont fait partie l'embouteillage de l'eau. A DIVONNE les Bains et à MERENS, les défenseurs de l'eau avaient ou ont encore à faire à des petits groupes financiers occultes. Partout où il y a de l’eau, des fabricants-marchands d’eau se bousculent à nos sources.
Quoi qu'il en soit, la méthode de tous ces pilleurs-pollueurs-destructeurs est la même : influence, verdissage, chantage à l’emploi, dissimulations, mensonges…
L'Etat et des petits potentats locaux sont à chaque fois complices : omerta, conflits d’intérêts, autorisations sans évaluation d’impact, régularisations de situations illégales en loucedé, concertations bidons, petits arrangements entre amis…
Cette méthode s’appuie aussi à présent sur la « crise sanitaire » qui donne l’occasion aux autorités de bâillonner les opposants, de prendre ses décisions quasiment à huis clos.
Va-t-on les laisser faire ? Hors de question ! Le combat continue ! L’eau pour la vie, pas le profit !

NB. En France, le Collectif a commencé par faire alliance avec les défenseurs de l’eau à Divonne (où le projet d’embouteillage a été abandonné) et à Merens (où la crise covid a permis la construction de l’usine à une vitesse fulgurante). Aujourd’hui, il étend cette alliance à Volvic. Mais c'est une « mobilisation générale » qu'il faudrait (le vocabulaire guerrier, c’est tendance actuellement !) car le danger existe partout.
Les quatre principaux fabricants de bouteilles d'eau en France sont les multinationales NESTLE (Vittel, Contrex, Hépar, Perrier), DANONE (Volvic, Badoit, Evian...), et les groupes "régionaux" NEPTUNE-ALMA (cristaline...), OJEU. Les premières exportent une part très importante de leur production au contraire des autres qui vendent l'eau "en proximité". Pour ne citer qu’un exemple, au niveau du territoire national, la production de Nestlé sur deux sites est proche de celle d’ALMA sur une dizaine de sites, soit environ 4 milliards de bouteilles par an. Mais au niveau mondial, Nestlé s'accapare l’eau dans une centaine de pays.
Cela dit, quelle que soit la taille de l’entreprise qui embouteille, le résultat est le même : le pillage de l’eau met en danger les nappes souterraines, les cours d’eau, l’écosystème ; la pollution par le plastique et les transports ne fait que croître avec le nombre de bouteilles produites. La population française est parmi les plus grosses consommatrices d'eau en bouteille (9 milliards de litres en 2018, 135 l en moyenne par habitant).
Arrêtons de boire de l’eau en bouteille. Mettons fin à l’embouteillage de l’eau par tous ces prédateurs. Battons-nous pour l’eau du robinet. Mettons en place partout une gestion publique de l’eau, de l’extraction à la distribution et à l’épuration. Avec le changement climatique avéré, il est urgent de nous saisir, collectivement et massivement, de la question de l’eau. C’est vital pour nos générations (à Vittel, à Volvic, l’eau manque déjà), c’est vital pour les générations suivantes.
L’eau pour la vie, pas le profit !

Nestlé champion de la GRH sans H ?

15 octobre 2020

Yasmine Motarjemi, spécialiste de la sécurité sanitaire des aliments pour l’OMS, puis chez Nestlé d’où elle a été licenciée, témoigne de l’injustice dont elle fait l’objet depuis 2006 .
Nestlé, une entreprise « responsable », vraiment  ?
Et pourquoi, toujours, cette omerta autour de la multinationale suisse ?
STOP Nestlé !
LIRE dans MEDIAPART -  Matthieu Delaunay  : "Sécurité alimentaire : "Je croyais que Nestlé était une entreprise responsable !" (septembre 2020)

Remember

9 octobre 2020
C’est en mai 2016 que Nestlé Waters a mis en ligne sa vidéo faisant intervenir le maire de Vittel : « Jean-Jacques Gaultier présentant la démarche waterstewardship de la marque VITTEL »
C’est fin avril 2016 que Claudie Pruvost, adjointe au maire de Vittel, conseillère départementale présidente de la Commission locale de l’eau, a obtenu de la CLE un premier vote favorable au projet pipeline qui arrangeait Nestlé (projet abandonné par l’État fin 2019, suite à quatre années de mobilisation du Collectif Eau 88) .
Comme on peut le voir en 2016, ces deux élu.es de Vittel se sont donné.es à fond pour la défense de l’intérêt général !
Au fait, j'y repense, c’est pour quand le procès de l’ex-présidente de la CLE pour suspicion de prise illégale d’intérêt dans l'affaire du pipeline ?
Pour se remémorer cette histoire de conflit d'intérêt :

Mise à jour 14 octobre : le procès de Claudie Pruvost est annoncé pour le 9 décembre 2020

Espérons que la "crise sanitaire" covid ne  transformera pas ce procès public en un "huis clos" qui n'en n'aurait pas le nom... Ce serait un "choc" intolérable

Photo : législatives 2017 – élection de Jean Jacques Gaultier (à ses cotés, son adjointe, Claudie Pruvost) - Le député laissera officiellement sa fonction de maire à son successeur actuel, Franck Perry signataire du "protocole" présenté le 10 octobre 2020 à la CLE

La double face du député de VITTEL : prophyto-zérophyto !

8 octobre 2020
Jean-Jacques Gaultier, ex-maire officiel de VITTEL, député LR de la 4ème circonscription des Vosges, vient de voter OUI au retour des NEONICOTINOÏDES dans l’agriculture industrielle (dérogation pour la betterave sucrière … pour commencer).
Le Docteur ignorerait-il le danger de ces poisons pour la santé publique (un danger aujourd’hui bien plus mortel que le covid) ?
L’élu de l’Assemblée nationale n’en est pas à son premier vote en faveur des biocides.
Par ailleurs, l’élu de VITTEL défend bec et ongles le programme Agrivair «zéro-phyto » de Nestlé. Ce programme « protège » les nappes souterraines dans lesquelles Nestlé puise jusqu’à épuisement, pour fabriquer ses bouteilles d’eau en plastique et engraisser toujours plus ses actionnaires.
Jean-Jacques Gaultier : un jour VRP des multinationales de l’agrochimie et de l’agriculture industrielle, un autre jour VRP des multinationales de l’agro-alimentaire au premier rang desquelles Nestlé et sa filiale Nestlé Waters.
Voilà comment ce monsieur concilie "écologie" et économie.
Pour lui, c’est toujours « gagnant-gagnant » ?!
Vive la Vie, pas le profit !
En mai 2018, dans le cadre de la loi sur « l’équilibre dans le secteur agricole et alimentaire », le député Gaultier a déposé un amendement refusant d'étendre l'interdiction de tous les néonicotinoïdes aux autres substances ayant des modes d'action identiques. Cet amendement LR n'a pas été soutenu car il existait des amendements LREM identiques proposés dans le même temps et votés de concert.
Il est intervenu ensuite contre un amendement LFI demandant l'interdiction de rabais sur les pesticides. De fait, il allait encore dans le sens des lobbys de néocides.
Et pour finir, il était absent lors du vote final sur l’interdiction du glyphosate.
A côté de cela, il est le premier à nous enfumer avec la politique « zéro-phyto » de Nestlé, champion mondial du pillage de l’eau et de la pollution plastique !
Non content de défendre les intérêts de l’agriculture industrielle et de NESTLE, champions de la pollution et de l’accaparement de l’eau, le député des Vosges Jean-Jacques Gaultier défend aussi les intérêts des  SUEZ, VEOLIA, La Saur qui se partagent les délégations de service public pour la gestion de l’eau dans le département.
En février 2018, alors que le projet de pipeline avait été voté par la CLE et que  les compagnies de distribution étaient dans les starting-blocks pour répondre au futur appel d’offre (construction du pipeline, des interconnexions entre communes, réparation des fuites), le député écrivait au gouvernement pour lui demander un changement du statut de l’eau autorisant les coupures d’eau en cas d’impayé. Une question tellement indécente que le gouvernement a mis plus d’un an à répondre que non, ce n’était pas le moment !
 

Hubert, intellectuel autodidacte, humaniste, défenseur de l'eau...

3 octobre 2020

L'Ami Hubert Thiébaut est mort.
Entre autres engagements, il était un pilier de la défense de l'eau bien commun à Vittel et dans le sud-ouest des Vosges, contre l'accaparement des nappes phréatiques par la multinationale Nestlé.
C'était un intellectuel autodidacte, un activiste, un homme de réflexion et d'action. Un exemple qu'on n'oubliera pas.
Merci Hubert. On continue de t'aimer.
LIRE ou  RELIRE l'article écrit par Hubert en juin 2018  dans la foulée de son intervention en réunion publique du Collectif à Dompaire.

La Loire se défend - Stop Carnet !

2 octobre 2020

La Loire se défend contre le projet d’extension du Grand Port Maritime Nantes Saint-Nazaire sur un site naturel de l’estuaire de la Loire !
Ce projet , présenté comme « éco-industriel », prévoit d’artificialiser 110 hectares de zone sauvage abritant 116 espèces protégées dont plusieurs espèces menacées de disparition et 51 ha de zones humides.
Le porteur de ce projet, le Grand Port Maritime Nantes Saint-Nazaire, comprenant l’État, la région, le département, l'agglo de Saint-Nazaire et Nantes Métropole ainsi que plusieurs multinationales ((YARA, ENGIE, GENERAL ELECTRIC, TOTAL, CARGILL), continue à vouloir faire du profit à court terme sans tenir compte de l’absolue nécessité de réduire massivement et rapidement les émissions de gaz à effet de serre, la pollution atmosphérique dû au trafic routier et maritime, l’impact de la bétonisation des bords de la Loire, l'extinction de la biodiversité et les risques industriels.
A l’heure d’un changement climatique éminent et d’une extinction massive de la biodiversité, ce projet d'artificialisation du Carnet est inutile et destructeur.
Halte aux pratiques industrielles criminelles écocides !
L’eau pour la vie, pas le profit !

A Volvic, Danone puise et épuise l’eau... Comme Nestlé à Vittel !

27 septembre 2020
MEDIAPART vient de publier un excellent article d’investigation sur la situation de l’eau à VOLVIC avec DANONE
Ce reportage est éclairant aussi pour celles et ceux qui vivent à VITTEL avec NESTLE. Car les analogies sont nombreuses...
A Volvic et à Vittel, l’État défend bec et ongles les intérêts des champions du monde de l’eau en bouteilles : autorisation d'accaparement et de siphonnage des nappes , absence de restriction et de contrôle en période de sécheresse , validation en catimini des augmentations de prélèvements , « délégation » aveugle du suivi des aquifères et de l’impact environnemental aux industries elles-mêmes, pantouflage ou conflits d’intérêts, complicité de verdissage etc.
Et aussi, mépris et suffisance à l'égard des défenseurs de l’eau !
Même sujet, mêmes pratiques scélérates !
L’eau pour la vie, pas le profit !
Merci par avance à Médiapart et aux auteurs Alexander Abdelilah et Robert Schmidt pour leur compréhension suite à cette diffusion.
LIEN de la page du dessinateur Allan Barte, auteur de cet excellent dessin
Soutenons la presse indépendante et la lutte dessinée : finançons, partageons !

Sylvius, porte parole des arbres du parc thermal de VITTEL

En avril 2019, le Professeur Zürcher était venu de Suisse à Vittel pour animer une conférence-débat sur les arbres, à la demande du Collectif Eau 88.

Il avait aussi visité le parc thermal, observé les arbres en état de dépérissement…

LIRE ou RELIRE le relevé de cette réunion par le Collectif Eau

20 septembre 2020
Dans l'émission Radio Arbres de la radio télévision suisse, un arbre a parlé de NESTLE à VITTEL.
Sylvius, porte parole des hêtres pourpres dans le parc thermal de Vittel, a poussé un coup de gueule pour ses amis les charmes, les chênes, les frênes, les sapins et les hêtres.
Il faut dire qu’ils souffrent de la sécheresse et crèvent de déshydratation suite à la surexploitation des nappes phréatiques par la multinationale suisse Nestlé !
Merci à Andréas-Sylvius du Collectif Eau 88 pour son intervention épatante !
Merci également à Ernst Zürcher porte parole du charme et autres arbres de la forêt tropicale amazonienne . Ces arbres, desséchés suite à l’ «ouverture de la forêt », sont aujourd'hui détruits par de gigantesques incendies.
NESTLE, comme d’autres géants de l’agro-industrie, a fortement contribué au massacre des arbres tropicaux. Rappelons-nous la campagne KitKat lancée contre Nestlé par Greenpeace en 2010 pour dénoncer l’utilisation d’huile de palme issue de la destruction des forêts tropicales et des tourbières indonésiennes. En 2018, la même ONG révélait que la multinationale suisse restait impliquée dans cette déforestation. Depuis, les critiques se sont tuent : Nestlé déclare  avoir cessé ses approvisionnements « contaminés » par la déforestation. Nestlé déclare surveiller les forêts depuis le ciel, par images satellites. Big Nestlé est partout, voit tout  !
ECOUTER  Sylvius sur Vittel à 47mn 50sec et Ernst Zürcher à  20mn 50, 39mn35 et  à 50 mn


Nestlé sponsor des évènements sportifs internationaux, pas des petits clubs de Vittel Contrex

18 septembre 2020
Fin du business Tour  dimanche 20 septembre.
Pour Nestlé, le sport est un «territoire de communication très puissant».
A l’approche des municipales, fin 2019, Nestlé a annoncé « une enveloppe de 40 000 € » pour les associations sportives de Vittel et Contrexéville. Surprise des clubs locaux que le fabriquant de bouteilles d’eau avait laissé tomber depuis dix ans.
Un « comité de travail » a été mis en place.
Le directeur d’Agrivair, filiale de verdissage de Nestlé, a expliqué lui-même aux sportifs locaux que cette « enveloppe servirait les clubs qui développeraient des projets durables pour le territoire » (Nestlé donneur de bons points verts, on aura tout vu !). Cette annonce du bienfaiteur Nestlé a été favorablement relayée par la presse locale à son service.
Depuis les municipales, on n’a plus entendu parler de la petite "enveloppe" promise.
Reste que cette poussette de la multinationale a contribué (entre autres) à la réélection de deux fans de Nestlé, les maires sortants de Vittel et de Contrexéville, villes sites des usines d'embouteillage CONTREX, HEPAR, VITTEL.
Au printemps 2020, la directrice de la communication de Nestlé a expliqué à la revue Sports Stratégie que « Nestlé a opté pour le sponsoring d’évènements plutôt que de fédérations ou de sportifs » : Roland Garos - PERRIER pour « l’extraordinaire, le fun, l’international » ; et le Tour de France - VITTEL pour la « responsabilité sociétale, le tri, le recyclage ».
Alors comprenez bien que les petits clubs sportifs de Vittel et Contrexéville, Nestlé n’en a cure !
En matière de communication, Nestlé déclare agir « avec malice ». Avec malice, vraiment ? Personne n’est dupe.
L’affichage, l’enfumage, le verdissage sont là pour faire oublier le pillage, la pollution, les suppressions d’emplois par Nestlé, à Vittel comme partout où la multinationale a posé son nid !
Basta Nestlé ! L’eau et le sport pour la vie, pas le profit !

Iran - Navid Afkari manifestait contre la pénurie et la pollution d'eau potable...

16 septembre 2020
En Iran, c’est en 2018, lors d’une manifestation contre la pénurie et la pollution d’eau potable et la cherté de la vie, que l’athlète Navid Afkari a été arrêté. Il a été injustement accusé du meurtre d’un policier, condamné à la peine de mort et exécuté ce 12 septembre 2020.
Le sujet de la crise de l’eau, lié principalement à l’agriculture et au pétrole , reste entier : épuisement généralisé des ressources en eau avec comme conséquences des déstabilisations locales et migrations environnementales.
L’Iran est en état de « stress hydrique » intense.
Mais cela n’empêche pas la multinationale NESTLE de pomper l’eau pour fabriquer sa PURE LIFE et engranger des profits sur le dos des habitants qui manquent d’eau potable.
Nestlé est implantée en Iran depuis 20 ans. Elle y produit des aliments, des laits de croissance et céréales pour nourrissons et de l’eau en bouteille.
En 2018, la société suisse « a annoncé qu’elle ne voyait aucune limite pour continuer ses activités en Iran malgré la restitution des sanctions américaines contre ce pays ». Business is business !
Sa communication, même minimaliste, ne varie pas comme on peut le voir dans la vidéo 2012 de Nestlé Water Iran, « Taking care of the community », et dans sa news 2017 sur « la gestion des déchets PET » : « Chez Nestlé Waters, nous croyons fermement que tout développement industriel doit se faire de pair avec l'environnement. Nous prenons soin des villageois locaux… Pour les agriculteurs, nous avons apporté des conduites d'eau supplémentaires sur leurs terres…. Nous croyons que notre industrie a une responsabilité vis-à-vis des locaux. C'est pourquoi nous essayons de leur offrir des avantages tels que l'embauche de locaux dans notre entreprise. » Blablabla.
Avec Nestlé, c’est partout le pillage, le verdissage, l’enfumage, le CYNISME !
STOP NESTLE ! L’eau pour la vie, pas le profit !

Nestlé-Vittel - Le géant de la flotte et les petites moules du ruisseau

14 septembre 2020

" Une espèce rare stoppe un chantier engagé par une filiale de Nestlé Waters à Vittel" écrit  Vosges matin qui relaie le dernier coup de comm’ de Nestlé et  sa filialeAgrivair.

 

Je partage ici l'excellent commentaire d' Annie Barthélémy, habitante du secteur et  défenseuse de l'eau et du vivant  :

 

"Il fallait bien que Nestlé Waters "compense" l'écosystème aquatique enterré ni une ni deux sous le béton de son "plateau technique" dans l'usine Nord.
Après 10 ans et quelques propositions foireuses, l'idée a surgit, d'autant plus futée qu'elle ajoute un "green-washing" supplémentaire à l'embouteilleur, ce qui ne mange pas de pain..
En Juillet 2019 Monsieur le Préfet autorise donc Agrivair-Nestlé -propriétaire des parcelles alentours- à modifier sur 2 kms le cours et les berges du petit Vair, sous prétexte d'"améliorer" ce tronçon.
Avec ce projet, Agrivair-Nestlé VEUT que le cours d’eau redevienne « un lieu privilégié pour la faune et la flore ». Ah bon? je ne savais pas que le petit Vair (l'eau qui chante et qui danse?) était AUSSI privatisé !
Grenouilles et tritons, poissons, crustacés, couleuvres, chiroptères, libellules et autres insectes, flore sauvage etc... -tous répertoriés dans le dossier- n'en souffriront pas du tout paraît-il, tout sera fait pour ça bien sûr.
Evidemment, "le vaste chantier de renaturation" avec pelleteuses et camions, cailloutages des fonds, enrochages, modifications des berges et tronçonnages ne risque pas de bouziller quoi que ce soit le long du paisible ruisseau, surtout en pleine alerte sécheresse. (qui a choisi le mois d'Août pour commencer les travaux?????)
Et voilà-t-y pas que 4 petites moules font de la résistance, sous prétexte qu'elles sont "protégées".... et paf le chantier s'arrête. (Félicitations de la presse locale)
Nestlé va-t-il gagner le trophée de l'embouteilleur plus vert que vert? Julien Didelot va-t-il - en douce -manger les moules ? La Vigie de l'eau va-t-elle les prendre en pension?
Suspense insoutenable.
Hâte de voir comment Nestlé et Monsieur le Préfet vont solutionner ce problème insensé."

Un autre commentaire intéressant, celui de Dominique Defranoux, naturaliste habitant Vittel qui ose rompre le cercle du silence et réagit à l'article de Plaine des Vosges Info lors sur la « semaine nationale des alternatives aux pesticides » organisée par Agrivair-Nestlé dans le secteur de Vittel :

 

« Agrivair préserve la qualité de l’eau minérale, c’est vrai, mais pas celle des ruisseaux, j’en veux pour preuve l’état des ruisseaux de VITTEL, ou coule DIRECTEMENT les égouts de la Mairie et quelque 491 branchements non conformes .

 Quant au « formidable moteur pour la préservation de la biodiversité",  je doute fort que ce soit le cas (j’ai créé « la zone de protection des orchidées en 2016 sur le Golf, mais en guise de protection, tout est fauché à partir du 15 juillet, y compris les roughs et les sous-bois. Je ne parle pas de la protection des insectes pollinisateurs, ceux-ci ne peuvent pas se reproduire sur le golf, car ils pondent la plupart sur les plantes herbacées.

 Seul bon point: le ramassage des produits phytosanitaires qui sont un poison pour l’eau minérale, et pour la nature en général. »

 

La sortie des égouts de la mairie de Vittel dans le Petit Vair est bien visible et perceptible (bonjour l’odeur) au niveau du" chemin des grenouilles" (n'y en a plus) qui amène au parking Bonne Source, juste avant le pont de chemin de fer. Cette portion communale est située à 2-3 km en amont de la portion accaparée par Nestlé pour son projet de « renaturation » du Petit Vair...


Alerte sécheresse renforcée : Nestlé-VITTEL à l’abri des contrôles ?

10 septembre 2020

Le préfet des Vosges vient de contrôler le respect de ses arrêtés sécheresse par les industriels (Plaine des Vosges Info, 8 septembre)

 

En même temps à Vittel :

 

- il laisse Nestlé continuer son exploitation de la nappe phréatique profonde menacée d’épuisement

 

- il laisse Nestlé augmenter ses prélèvements dans la nappe du dessus sans en connaître l’état réel, sans avoir les moyens propres d’en suivre le niveau

 

- il se terre depuis l’abandon du projet de pipeline en octobre dernier ; il n’a toujours pas mis en place d’« observatoire » des nappes ; son « protocole » de substitution au pipe-line, concocté en grand secret et en comité restreint avec Nestlé, la fromagerie l’Ermitage, le Conseil départemental, les maires de Vittel et Contrexéville (villes sites de l’usine d’embouteillage), n’a toujours pas été soumis au public ni même au Collectif Eau 88 en lutte contre le pillage industriel de l’eau (Nestlé fixe les règles du « protocole »)

 

- il laisse Nestlé exploiter des forages qui font l’objet d’une plainte en illégalité,

 

- il laisse Nestlé augmenter sa production en période estivale et gaspiller l’eau sur le parcours du Tour de France (encore un million de bouteilles distribuées en 2020).

 

Quelles sont les « prescriptions » arrêtées entre l’Etat et Nestlé en cette période récurrente d’alerte sécheresse renforcée ?

 

Le Préfet a-t-il fait contrôler Nestlé ? Si non, pourquoi ?

 

L’eau pour la vie, pas le profit !

 

PARTAGER cette publication


Epuisée par Nestlé, Vittel chercherait-elle son salut dans l'espace ?!

9 septembre 2020
Vosges Matin, toujours  à l’affut de célébrités pouvant valoriser Vittel, annonce la venue en cure à Vittel de " l’ancien maire d’Antraigues, ancien ami de Jean Ferrat" .
Son but n’est pas de louer l’artiste dont les engagements étaient à l’opposé de ceux de la presse du Crédit Mutuel.
C’est plutôt d’inspirer :« Aujourd’hui, grâce à l’Espace Jean Ferrat (qui n'est pas  un musée), Antraigues est l’un des villages les plus visités de la région, attirant 100 000 visiteurs par an. Un bel exemple. » conclut l’auteur de ce papier.
Epuisée par NESTLE, , Vittel chercherait-elle son salut dans l'"espace" ?
Il est vrai que Vittel (la ville) connue grâce à VITTEL (la marque), est en panne de fréquentation. Chercherait-elle à faire venir d’autres touristes que ceux qu’elle a sélectionnés depuis 50 ans pour les beaux yeux de Nestlé ?
Ne sachant si cet ami de Jean Ferrat trouvera dans la presse locale ou à Vittel toutes les informations utiles sur la station, ses eaux et ses touristes en voie de disparition, j'ai ramassé mes souvenirs et écrit ce modeste résumé sur l'histoire de Vittel avec VITTEL.

Train ligne 14 - Le transport "Fret" réservé à Nestlé VITTEL !

6 septembre 2020

La ligne ferroviaire 14 s’étend de Nancy à Merey en passant notamment par Vittel.

Elle est fermée aux VOYAGEURS depuis 2016.
Le Conseil Régional Grand-Est s’apprête à la remettre en état pour la brader à un privé via un « contrat de concession » de 20 ans. Un joli coup de pouce à NESTLE dont les sites de production de bouteilles d'eau sont situés à Vittel et Contexéville, et un joli coups de pouce aussi au CLUB MEDITERRANEE qui menace depuis des années de quitter Vittel si toutes sortes d’investissements publics ne sont pas réalisés pour satisfaire ses exigences !
La ligne de FRET est fermée elle aussi dans sa portion Nancy-Vittel mais il ne semble pas question de la rouvrir.
Par contre, elle a toujours été maintenue en bon état de fonctionnement dans sa portion Vittel-Merey.
Pourquoi ? Parce que cette partie sud de la ligne  est réservée à NESTLE. De fait, elle se trouve privatisée.
Basta ! Mon eau et mon train, j’y tiens !
L’eau et les transports pour la vie, pas le profit !
VOIR ou REVOIR la VIDEO  2019 sur la manifestation du Collectif Eau 88 contre la venue de Guillaume Pépy, n°1 de la SNCF, invité par Nestlé à inaugurer sa locomotive en gare de Vittel (cérémonies annulées au dernier moment par Pépy et Nestlé).

Train ligne 14 - Le réablissement du transport "Voyageurs" Nancy-Vittel : un cadeau au privé !

5 septembre 2020

Après « Vittel à l’avant-garde » de la privatisation de l’eau, voici Vittel à l’avant-garde de la privatisation de la ligne ferroviaire !
En préambule du conseil municipal de Vittel du 10 juillet, le maire de façade a rendu un hommage vibrant à son mentor, le député ex maire de Vittel Jean-Jacques Gaultier, ainsi qu’à tous les élu.es qui viennent d’œuvrer pour la réouverture de la ligne "voyageurs" Nancy-Merey (ligne 14) dans sa portion Nancy-Vittel-Contrex. Ces responsables irresponsables sont fiers d’offrir la ligne 14 en cadeau à un exploitant du secteur privé.
Mon train, j’y tiens et je serai contente de voir la ligne rouvrir mais si et seulement si tout le monde (y compris bien sûr la clientèle du Club et les cadres de Nestlé) peut en retrouver le même usage qu'avant  (autant de gares desservies, plusieurs fois par jour, pour un prix modique, avec un vrai accueil guichet ….).
Avant que les majorités dont font partie ces élus adulés n’organisent la casse du service public de transport ferroviaire !
Et il faudrait rendre grâce à ces gens là ?  Au voleur !

Et un petit Tour de pub pour Nestlé !

1er septembre 2020

La marque VITTEL, sponsor officiel du Tour de France depuis 2008, a « allégé » sa caravane 2020. « Pour des raisons sanitaires », NESTLE, a décidé de ne pas lancer ses deux camions arroseurs sur les routes. Mais il maintient sa distribution d’un million de bouteilles sur le parcours.(Vosges matin 28 aout). En pleine période d’alertes sécheresse et d’épuisement de la nappe phréatique de Vittel, c’est « naturel », non ?

 

Trente-cinq télés du monde entier diffusent le Tour en direct : PUB !

 La directrice de la communication de Nestlé déclare : cette année, « nous allons plutôt axer notre communication sur les enjeux du plastique et du bien trier ».

 Faut-il croire Nestlé, champion de la pollution plastique mondiale ? Faut-il lui rendre grâce ?

 

Le problème du plastique ne doit pas faire oublier celui de l’eau.  Car Nestlé pollueur est aussi un pilleur de ressources naturelles.

 A travers son masque pseudo vert Agrivair, il s’accapare les terres pour "protéger les nappes souterraines", il s’accapare les nappes pour produire ses bouteilles, il puise et épuise l'eau..

 

A Vittel où le coucou Nestlé niche depuis cinquante ans, l’eau commence à manquer. Les nappes sont en danger. Malgré cela, malgré les alertes sécheresse récurrentes depuis plusieurs années, Nestlé continue inexorablement à pomper, pomper, pomper, dans TOUTES les nappes du secteur.

 

Alors, quand son Tour arrive de nouveau, Nestlé voudrait donner des leçons ? Basta !

 L’eau et le sport pour la Vie, pas le profit !

 

 

LIRE et PARTAGER  la  publication complète


Explosion aux Thermes de Vittel

22 aout 2020

Selon Vosges matin du 20 août , "une légère explosion s’est produite aux thermes dans une cuve contenant 1.000 litres de produits détergents pour les conduites d’eau. Une fumée jaunâtre et 100 litres d’acide nitrite dilué se sont échappés de la cuve, sans risque apparent de pollution du sol. Un dispositif de grande ampleur a été mis en place par une trentaine de sapeurs-pompiers vosgiens spécialisés dans les risques chimiques ce jeudi, à partir de 17 h 30. Une opération menée […] en présence de Franck Perry, maire de Vittel et du sous-préfet Benoît Rochas.  L’évaluation des dangers permettait d’aboutir à la conclusion que l’impluvium n’était pas menacé, tandis qu’une manœuvre de récupération des produits toxiques se déroulait normalement. Les forces d’intervention et le maire de Vittel se voulaient rassurants en début de soirée. Les professionnels et curistes des thermes, qui ont été immédiatement évacués, ont réintégré l’établissement thermal en début de soirée, avant de poursuivre leur cure. »

 

 Mais  dormez tranquilles, tout  baigne, il ne s’agit que d’une « légère explosion ». Vous souhaiteriez en comprendre les causes précises, les responsabilités, connaître l’impact réel de cette pollution ? Circulez, n’y a rien à voir, l’incident est CLOS ! Les pêcheurs n’étant pas concernés, il n’y a pas de risque de suites gênantes pour l’image de la marque VITTEL. Le maire en personne assure le verrouillage de l’information, avec l’aide des médias locaux aux ordres, comme d’habitude.

 

 A cette occasion, un bref rappel s’impose  sur les dernières années de gestion des Thermes de Vittel.

 

En 2007, les installations et la galerie thermales, ainsi que l’hôtel des Thermes ont été rachetés par la ville de Vittel au groupe Partouche. Le casinotier avait acquis ces actifs en 2001 auprès du groupe Nestlé Waters France, qui, « souhaitant se recentrer sur l'embouteillage », les avait cédés en même temps que ceux de la station voisine de Contrexéville.

 

Les thermes ont été rénovés, « Vittel revitalisée ». Les bâtiments sont la propriété de la commune mais l’exploitation est assurée par une société d’économie mixte, la SETV dont les actions se répartissent comme suit :  82 % à la ville de Vittel,  10% au groupe Vicking qui a succédé à Partouche, 5% au groupe Jules Cunin historiquement lié à la société des eaux de Vittel.

 

 Selon le rapport 2017 de la Chambre régionale des comptes du Grand-Est , « la  situation financière de  la  société,  très dégradée en 2008, s’est progressivement améliorée »,  grâce essentiellement « à la recapitalisation des principaux actionnaires » (près de 6 millions d’euros d’investissements publics entre 2010 et 2015, 2/3 provenant de la commune, 1/3 du département et la région) et au « dispositif  de redynamisation  économique » (CICE…).  

 

 La SETV doit acheter l’eau à Nestlé qui s’est débarrassé de l’activité thermale non rentable mais est resté propriétaire de la source, appelée « Félicie ». Cette eau provient des Grès du Trias Inférieur, au-delà de la faille de Vittel et son exploitation n’a pas d’impact sur l’épuisement de la nappe des GTI dans le secteur de Vittel-Contrex. N’empêche qu’elle est accaparée, elle aussi, par la multinationale. Cette eau, vendue aux Thermes, est gratuite pour Nestlé et payée par les habitant.es 200 000 euros par an, ce qui représente 5% environ du montant de la surtaxe annuelle sur les eaux minérales payées par Nestlé à la commune.

 

 L’histoire et la gestion des Thermes de Vittel est à l’image des principales activités du secteur, centrées depuis le milieu du XIXème siècle sur la marchandisation de l’eau bien commun : privatisation des bénéfices, socialisation des pertes, conflits d’intérêts, verdissage, omerta…

 

PARTAGER cette publication sur les Thermes de Vittel

et

LIRE ou RELIRE l'histoire de l'hôtel des Thermes de Vittel


L'eau du robinet vendue en vrac : imMonde de dingues !

10 aout 2020

A Vittel, la multinationale Nestlé embouteille l’eau de la même nappe que celle d’où est extraite l’eau du robinet. Elle la vend à l’export, en tant qu’« eau minérale naturelle », sous la marque VITTEL Bonne source.
Ses fontaines sont équipées d’un système de filtres. L’eau ainsi « osmosée » est vendue sous la marque, H2Origine. Au magasin, les clients doivent nécessairement remplir des bouteilles « mises à disposition » par l’industriel, en « plastique réutilisable » pour l’eau douce et en verre pour l’eau gazéifiée. Prix : « environ 1,50 € la bouteille et autour de 25 centimes le litre d’eau, soit le même prix que le litre d’eau minérale en grande distribution ».
Cinq enseignes de la grande distribution, dont CORA et Super-U « ont été conquises » par ce nouveau business de l’eau que BIOCOOP a été le premier à adopter en 2017 à Rennes, suivi par d’autres réseaux de "magasins bio" comme Eau vive.
Nous sommes dans un imMonde de dingues !
N’achetons pas d’eau en bouteilles, n'en achetons pas en vrac non plus !
Pour supprimer les déchets plastique (et pas seulement les diminuer), sortons nos cruches, gourdes, verres ou bouteilles en verre et remplissons-les au robinet !
Battons-nous pour que les pouvoirs publics investissent dans l’eau du robinet, pour une amélioration continuelle de sa qualité et de son accessibilité, pour son meilleur usage. Et puisqu'il va bien falloir s'attaquer au problème des fuites souvent colossales, pourquoi ne pas envisager un investissement public massif dans des réseaux doubles, permettant de séparer l'eau de boisson-cuisine-douche... et celle destinée aux autres usages ?
Exigeons que la gestion de l’eau (extraction, distribution, assainissement) soit gérée par la collectivité elle-même et non plus déléguée à des sociétés privées qui se gavent jusqu’à plus soif.
Mettons fin au pillage de l’eau.
L’eau est un bien commun, pas une marchandise.
L’eau pour la vie, pas le profit !

Les poissons, nouveaux héros de Nestlé, pseudo protecteur de la biodiversité

14 aout 2020

Plainte pour pollution contre Nestlé après la mort de milliers de poissons dans une rivière des Ardennes (Le Monde, 13 aout 2020)

Après les écureuils qui jouent au basket, les abeilles qui boxent, voici les poissons qui font la planche !
Voyez comme Nestlé "protège la biodiversité". Nestlé "prend soin de la nature" pour que longtemps nos enfants profitent de ses bienfaits".

Ne soyons pas ingrats avec Nestlé. Cette pollution d'une rivière par son usine de Challerange (lait en poudre) n’est que le résultat d'un "débordement ponctuel de boues biologiques» !
Des milliers de poissons ont crevé, sans oublier le reste de la faune et de la flore aquatiques. Mais, c'était "involontaire" !
D'ailleurs tout ça, c'est la faute au climat : l’asphyxie des poissons provient avant tout du manque d’eau dans les rivières !

On a le même type de « polémique » à Vittel où les nappes phréatiques sont menacées d'épuisement. Vous pensez que c'est à cause de leur surexploitation par Nestlé ? C’est la faute au climat qui limite la régénération naturelle de la ressource en eau et affole inutilement les populations !

Quoi qu’en dise la communication de Nestlé, le géant de l’agro-alimentaire rencontre de plus en plus de résistance, les consciences se réveillent, les plaintes se multiplient.
Le climat, le vivant se porteraient bien mieux si on mettait fin à l’activité inutile et écocide de toutes les multinationales comme Nestlé !

Basta Nestlé ! L’eau pour la vie, pas le profit !


Mission parlementaire sur les conflits d'usage de l'eau

1er aout 2020
La mission parlementaire sur les "conflits d'usage en situation de pénurie d’eau" a publié son rapport le 2 juin dernier. Elle s’est appuyée sur trois exemples dont celui de Vittel-Nestlé ( voir, page 172, la liste des personnes auditionnées en février 2020 lors du déplacement des député.es à Epinal).
La « régulation du conflit passe d’abord par une bonne connaissance de la ressource en eau » souligne la rapporteure.
La mission recommande notamment :
« - d’étendre le réseau piézométrique national
- que les acteurs privés prélevant de l’eau fournissent des données mensuelles, et non plus annuelles, sur leurs prélèvements… et qu’en période de pénurie, le suivi de ces prélèvements soit renforcé, par exemple par des relevés hebdomadaires
-de rendre obligatoire la transmission, à la commission locale de l’eau (CLE), des données sur l’état de la ressource et des réserves d’eau détenues par des personnes privées prélevant sur le territoire d’un SAGE »
Cet intéressant rapport parlementaire (un de plus) débouchera-t-il sur des lois prenant en compte ses recommandations de bon sens  ? En l'état actuel, on peut en douter.use de ces conflits.
A Vittel, on ne connaît toujours pas l’état des deux premières nappes souterraines et on n’a toujours pas de données de suivi sur l’état déficitaire de la troisième. Il y a dix mois, après l'abandon du projet de pipeline, le préfet avait promis un «observatoire», on l’attend toujours.
A Vittel, la plupart des piézomètres existants sont la propriété de Nestlé qui communique les informations qu’il veut, quand il veut, à qui il veut. Sans que personne ne puisse jamais vérifier la validité de ses déclarations ?
A Vittel, le Collectif Eau 88 se voit régulièrement refuser par la CLE et le préfet l’accès aux données actualisées sur l’exploitation des nappes par Nestlé. Il a dû recourir à la CADA pour les obtenir. C’est ainsi qu’il a eu dernièrement confirmation de l’illégalité de nombreux forages.
A Vittel, la CLE, le Conseil départemental et le Conseil régional, les maires de Vittel et Contrexéville, la Communauté de communes, le député, le sénateur, le préfet, l’Agence de l’eau, le BRGM… et in fine le SAGE appliquent avec  zèle la politique de Nestlé. En toute « discrétion » et avec l’appui des principaux  médias locaux et nationaux. Ils défendent les intérêts privés au détriment de l’intérêt général, de l’avenir de nos enfants.
A Vittel, malgré le changement climatique (alertes sécheresses récurrentes), malgré le manque d’eau (déficit de la nappe d’où est extraite l’eau du robinet), la surexploitation industrielle par Nestlé continue, sur l’ensemble des ressources du secteur.
Plus qu’un conflit d’usage, c’est un crime. Il est urgent de dire NON à NESTLE !
L’eau est un bien commun, pas une marchandise. L’eau pour la vie, pas le profit !
VOIR VIDEO de l'Assemblée nationale sur la présentation du rapport d'information de la Commission de développemet durable sur le Gestion des conflits d'usage en situation de pénurie d'eau

Droit à l'eau : 10 ans après, où en est-on ?

31 juillet 2020

Le 28 juillet 2010, l’Assemblée Générale des Nations Unies reconnaissait le droit à l’eau et à l’assainissement comme un droit humain.
Sylvie Paquerot, professeure à l’Université d’Ottawa spécialiste des problématiques de l’eau, fait, dans la vidéo ci contre,  le bilan des 10 ans du droit à l’eau. Elle y parle notamment de Nestlé et de Peter Brabeck son ex président  toujours  influent .
« La reconnaissance du droit à l’eau est insuffisante.
La gestion actuelle de l’eau, fondée sur une approche économique, utilitariste et extractiviste provoque la destruction du vivant et créé des inégalités d’accès fortes.
L’accaparement de la ressource en eau continue et s’accélère.
Les droits humains ne permettent pas de s’opposer au marché.
Notre système économique est fondé sur l’exclusion et l’accumulation et aujourd’hui, rien ne peut empêcher une compagnie comme Nestlé de vider une nappe, prendre le capital et aller exploiter autre chose ailleurs.
L’enjeu de l’eau, c’est la responsabilité humaine à décider collectivement quelle priorité donner à quels usages.
La bataille de l’eau est fondamentalement une bataille démocratique que nous aurons à mener dans les prochaines années. »
L'eau est un bien commun, pas une marchandise !
Le mouvement Notre Affaire à Tous pose la question : "
Face au changement climatique et aux multiples dégradations de l’environnement, à quels défis fait face ce droit fondamental et qui sont les premiers touchés ?"
et ne manque pas de citer l’exemple emblématique de la « bataille de l’eau » autour des nappes souterraines de VITTEL.


STOP embouteillage de l'eau !

26 juillet
STOP embouteillage Mérens !
Dans l'Ariège aussi, la crise Covid a aggravé la crise de l'eau. Le chantier de construction de l'usine d'embouteillage d'eau ne s'est pas arrêté pendant le confinement et il continue d'avancer à très grande vitesse.
Sa démarche est "éco-responsable" affirme-telle : "préservation de la ressource, alternative au plastique, énergie verte, écologie territoriale, emploi..." .
Quel culot ! Les arguments de communication des minéraliers sont toujours les mêmes, qu'il s'agisse de multinationales comme Nestlé à Vittel ou "d’investisseurs familiaux" comme à Mérens. Et leurs éléments de langage, ni tout à fait vrais ni tout à fait faux, sont repris en boucle par une majorité des médias  qui se contente de relayer les dossiers de presse sans aucun recul, sans la moindre  analyse critique.
Le mensonge par omission, le détournement de concepts vertueux, sont devenus la "norme" ; ils sont en quelque sorte "institutionnalisés".
En vérité, ces embouteilleurs, gros ou petits sont des pilleurs, pollueurs, menteurs.Le pire scandale est qu'ils agissent avec l'aval des autorités et d'élus sans scrupule, qui n'ont que faire de l'intérêt général.
Il n'est pas trop tard pour empêcher ce projet mortifère.
Soutenons les habitants de Mérens en lutte contre ce projet d'embouteillage. Signons la pétition si ce n'est déjà fait, et diffusons là le plus largement possible.
L'eau est un bien commun, pas une marchandise.
STOP embouteillage de l'eau !

Alerte sécheresse - Monsieur le Préfet des Vosges , adoptez les bons réflexes pour Vittel - Nestlé !

21 juillet 2020

2017, 2018, 2019, 2020... L’alerte sécheresse est récurrente dans les Vosges. Pour la 4ème fois, les mesurettes préfectorales sont les mêmes, les relais par la presse régionale aussi. L'omerta est la règle. Surtout pas un mot sur le sujet qui fâche NESTLÉ, producteur des bouteilles Vittel, Hépar, Contrex.

 

 Monsieur le Préfet des Vosges, adoptez les « bons réflexes » pour ne pas aggraver la crise de l'eau à Vittel et dans les environs  !

 - N'attendez pas 2027 pour remédier au déficit de la nappe profonde d'où est extraite l'eau du robinet. Cette nappe est en danger d'épuisement suite à  50 ans de surexploitation industrielle. Pour stopper net l'aggravation de son déficit,  suspendez l'autorisation de prélèvements de Nestlé  !

 - Ne régularisez pas les forages illégaux de Nestlé dans les deux nappes du dessus !

 - Donnez à vos services les moyens de mesurer eux-mêmes le niveau des trois nappes du secteur et d'en suivre l'évolution ! Mettez enfin en place un observatoire indépendant permettant d’éclairer les décisions concernant les économies de prélèvements et la nécessaire redistribution  de l'eau entre les différents usagers.

 - Défendez l'intérêt général, pas les intérêts d'une multinationale qui figure au podium des plus grands prédateurs d'eau et pollueurs plastique au monde.

 

 Après l'affaire du conflit d'intérêt sur les pipelines en 2016 (toujours en attente de procès), l’annonce de 110 suppressions d'emplois en 2019, l’affaire des forages illégaux en 2020 (illégalité reconnue par le directeur de l'usine Vittel-Contrexéville lors de son interview de FR3 Pièces à conviction), il est devenu impossible de faire confiance à Nestlé.

 La multinationale affirme avoir réduit ses prélèvements dans la nappe profonde. Elle "compense" d’ores et déjà cette réduction par une augmentation de ses prélèvements dans la nappe supérieure, en prétendant que cette nappe est "en excès d’eau".  Où sont les données factuelles publiques permettant de valider ses déclarations ?

 

 Peut-on faire confiance à Monsieur le Préfet pour gérer la « crise » ?

 Après l'abandon du projet de pipelines qu'il a défendu bec et ongles lors de la concertation publique, après son silence sur les suppressions d’emplois chez Nestlé dans les Vosges, après sa promesse publique non tenue à ce jour d'un observatoire, d’un "protocole" alternatif, d’une enquête publique, on en est au point mort.

Le préfet joue la montre et le temps joue en faveur de Nestlé qui continue à pomper malgré la sécheresse.

 

 Assez de laisser faire, de dissimulations et de mensonges !

 Rendez l'eau au commun !

 L'eau pour la vie, pas le profit !

 

LIRE le communiqué de presse de la préfecture des Vosges

 

PARTAGER cette publication de leauquimord


A Vittel, n'essayez pas de nous bassiner avec des retenues  !

16 juillet 2020

Il ne manquerait plus qu’on nous annonce des retenues d’eau parmi les "solutions alternatives" au manque d'eau sur le territoire de Vittel !
Retenues d’eau de pluie sur les terres agricoles accaparées par Nestlé ? Captations dans le ruisseau Petit Vair dont une portion de 2 km, située sur des terres Nestlé, est en voie de « renaturation » par la filiale Agrivair-Nestlé ?
La  « création de retenues d’eau artificielles sur la surface de l’impluvium Nestlé »  pourrait ramener jusqu’à 2 milliards et demi de litres d’eau par an était-il précisé dans une contribution à la concertation publique en ligne de janvier 2019. L'auteur de la contribution en question s’appelle Thomas Léger. Il est membre de Darkstrategic (cyber intelligence/défense), vice-président de l’association Eco-Plaine, président de l'association Blockchain Valley Vittel.
Pour mémoire : Thomas Léger a été introduit dans le milieu vittellois par Bernard Pruvost, ex dirigeant chez Nestlé, président d’Eco Plaine, ex président de la Vigie de l’Eau, époux de Claudie Pruvost, conseillère départementale ex présidente de la CLE suspectée de prise illégale d’intérêt dans le dossier du pipeline (procès en attente). Bernard Pruvot semble en veilleuse ; c’est son poulain à présent qui a les honneurs de la presse locale.
Alors, le préfet va-t-il reprendre à son compte ce que la jeune pousse de Vittel-Nestlé appelle un « choix territorial innovant » ?
Pour l'heure, c'est l'omerta sur ce sujet. Probable qu’avec la sécheresse de cet été, les bassines vont refaire surface !

Barrage illégal de Caussade : un exemple de délinquance environnementale enfin sanctionnée par la justice !

15 juillet 2020
Suite à la plainte déposée par France Nature Environnement, le jugement du 10 juillet sur le barrage illégal de Caussade "sanctionne enfin la délinquance environnementale avec des peines de prison ferme pour les 2 responsables. Aucune mesure de remise en état n'a été demandée : pour FNE, le combat continue."
« Dans les affaires suivies par les associations du mouvement France Nature Environnement, certains projets ont le don de cumuler les injustices. À lui seul, le barrage de Caussade combine le vol d’une ressource commune, un projet plusieurs fois déclaré illégal par la justice et pourtant jamais arrêté, la promesse d’un assèchement durable du territoire, un plein soutien à l’agriculture intensive, une fausse solution face au dérèglement climatique, des stratégies d’intimidations et de violences récompensées par l’État, une mise en danger immédiate des riverains… Bref, un vrai condensé de ce qu’il ne faut surtout pas faire pour une gestion durable et équitable de l’eau. »
 
Comme l'a déjà souligné FNE, cette histoire ressemble, par bien des aspects, à celle de la gestion de l’eau qui manque aux habitants de Vittel, suite à 50 ans de surexploitation des nappes par Nestlé
A propos de Vittel et de délinquance environnementale, rappelons que FNE et le Collectif Eau 88 ont porté plainte contre les forages illégaux de Nestlé
Espérons que la justice rendra son jugement aussi rapidement pour les forages de Vittel que pour le barrage de Caussade.
A Caussade, il n'y avait pas d'intérêts de multinationale en jeu. A Vittel, le temps  semble plus long comme le montre la procédure judiciaire pour suspicion de prise illégale d'intérêt, en cours  depuis 4 ans  (procès Pruvost  toujours en attente).

Quel avenir pour les marques d'eau Nestlé ?

7 juillet 2020
« Les grandes marques d’eau de Nestlé perdent des affaires. Nestlé envisage de vendre ses marques grand public bas de gamme, à faible marge : Nestlé Pure Life, Deer Park (Californie) et Poland Spring (Maine). Pepsi et Coca-Cola ne seront pas intéressés. Le Financial Times estime que Nestlé aura du mal à attirer un acheteur.
Il y a une autre question qui pourrait rendre difficile la vente des grandes marques d’eau de Nestlé : le recours actuel de 8 états contre Poland Spring Nestlé. »
L’auteur évoque aussi le sujet des eaux Perrier, Arrowhead...
Il s’interroge sur l’avenir des marques Nestlé : « Une autre condamnation pour publicité mensongère pourrait modifier la perception des consommateurs à l’égard des autres marques de Nestlé, comme la pureté des aliments pour bébés Gerber, par exemple. Est-ce que la publicité douteuse pour une marque dans un portefeuille d’entreprise signifie que la publicité pour d’autres marques dans le portefeuille sera également remis en question? » .
That is a good question !
DIRE NON à Nestlé : l’eau pour la vie, pas le profit !

Volvic-Danone, Vittel-Nestlé : même arnaque !

2 juillet 2020

 Solidarité avec le Collectif Eau bien commun 63 !

 

Le collectif citoyen "Eau Bien Commun 63" avec le soutien de 20 associations, mouvements citoyens et syndicat lance une pétition à l'attention de la Préfecture du Puy-De-Dôme (63) :

" SECHERESSE 2020 : POUR UNE GESTION EQUITABLE DE L'EAU DANS LE PUY-DE-DOME"

 

La situation de Volvic-Danone dans le Puy de Dôme ressemble à deux gouttes d'eau à celle de Vittel-Nestlé dans les Vosges.

La stratégie économique et la communication des multinationales suisse et française sont les mêmes :
- surexploitation de l'eau bien commun et risque d'épuisement des nappes (2,7 milliards de litres prélevés par Danone, 3,5 milliards par Nestlé) :
- greenwashing et verdissage à gogos ("bouteilles en plastique recyclé, neutralité carbone, protection des aquifères, certification des usines", solidarité avec les populations n’ayant pas accès à l'eau dans le monde...)
- sans oublier bien sûr les dons pendant la crise covid 19.

Les autorités ont choisi de soutenir les intérêts des minéraliers plutôt que de défendre l'intérêt général.
A l'heure du changement climatique avéré (tout le monde en ressent les effets au quotidien), il faut mettre fin à l'embouteillage de l'eau et garder l'eau en priorité pour les habitant.es.
Il est temps de passer à une gestion équitable de cette ressource vitale, dans l'intérêt général des populations et non pour les intérêts de grands groupes privés en particulier agro-industriels comme Nestlé et Danone (sans oublier les distributeurs Suez, Véolia, La Saur... qui profitent grandement,eux aussi, du marché de l'eau).
L'eau est un bien commun, pas une marchandise !
L'eau pour le vie, pas le profit !

 

SIGNER et PARTAGER la pétition du Collectif citoyen "Eau bien commun 63"


Nestlé veut céder ses marques d’eau canadiennes et américaines

15 juin 2020

Toute la presse financière en parle :

Nestle veut céder ses marques d’eau canadiennes et américaines

Motif : la production de Pure Life, Poland Spring, Ice Mountain, Zephyrhills et autres ne serait plus suffisamment rentable.
Mais Nestlé n’abandonne pas pour autant le marché North America. Il compte recentrer son business de l’eau sur la vente de ses marques internationales « haut de gamme » à plus fort rendement : Perrier, Aqua Panna, San Pellegrino.
Nestlé et ses actionnaires (qui viennent de voir augmenter leurs dividendes de 10%) veulent toujours plus de profits !

Nestlé est dans la nasse plastique. L’économie circulaire façon capitalisme vert prend mal. Les consommateurs commencent à comprendre  que le plastique recyclé, c'est encore et toujours  sera toujours du plastique. Nestlé est le plus gros pollueur plastique au monde (avec Coca-Cola). Rappelons que les canadiens sont depuis longtemps à la pointe de la lutte contre cette pollution planétaire avec les Blue Communities et Indigenious Communities.

Nestlé rencontre aussi et surtout une opposition grandissante au pillage de l’eau rendu possible par les états et élus complices .
En cédant ses marques nord-américaines, le géant de l’eau espère probablement éteindre le feu des multiples conflits en cours, mettre un coup d’arrêt à l’internationalisation des luttes et des campagnes de presse anti-Nestlé, changer son image.

Mais revenons à la situation en France, dans les Vosges.
- A Vittel, l’eau commence à manquer. Son exploitation va devenir de moins en moins rentable pour Nestlé.
- L’image de marque VITTEL est menacée, à terme, par le projet de nucléarisation du Grand Est (poubelle de Bure, laverie de Joinville…).
- Les scandales se multiplient : épuisement de la nappe, conflit d’intérêt (toujours en attente de jugement), suppression d’emplois (10% d’ici deux ans), dix neuf forages non autorisés…
- Le Collectif Eau 88 n’a rien lâché même après l’abandon du projet de pipelines par l’état.

Maintenant que le groupe Nestlé a décidé de mettre le paquet sur PERRIER (Vérgèze, Gard), quelle solution va-t-il trouver pour se sortir du guêpier de Vittel ?
Les préfet, sénateur, député, maires du coin en ont-ils une idée ?
Et les habitants de Vittel, Contrexéville et environs, ils en pensent quoi ?
Dites NON à Nestlé ! NON au pillage de l’eau par les industriels de l’embouteillage !
L’eau pour la vie, pas pour le profit !

 

PARTAGER cette publication


Mété'EAU Nappes

12 juin 2020
Avec le changement climatique et les sécheresses à répétition, le BRGM « s’inquiète notamment pour les vallées du Rhône, de la Saône et les plaines d’Alsace et de Lorraine ». Il vient de présenter « MétéEAU Nappes , un système de modélisation des relevés des réserves d’eau en surface, en souterrain et sur les prévisions météorologiques. Cet outil de prévision pourrait s’avérer précieux pour les préfectures, pour faire appliquer des restrictions d’eau en cas de sécheresse. En anticipant d’éventuelles périodes sèches, les préfets pourraient davantage sensibiliser la population et les professionnels et ainsi éviter de puiser dans les ressources même plusieurs mois à l’avance. »
Espérons que le MétéEAU Nappes du BRGM permettra d’éclairer  le préfet des Vosges Pierre Ory,  futur « Hér’EAU de la gestion de l’eau » des 3 nappes souterraines du secteur de Vittel. Vu le faible nombre de piézomètres publics, ça reste mal barré.
Le BRGM pourra toujours demander les relevés à Nestlé, propriétaire de tous les piéz'EAU nécessaires à une surveillance étroite de la ressource en eau sur « son territoire Vittel, Hépar, Contrex » ?!


La carrière d’Audun le Tiche  : encore un danger pour l'eau !

10 juin 2020

Vous avez découvert, sur FR3 Pièces à conviction, le nouveau projet de carrière à Vexin dans les Yvelines.
Voici un autre projet écocide de même facture, celui de la carrière d’Audun le Tiche en Moselle.
Ils ont en commun de faux arguments sur l’emploi, une concertation publique bidon, un mépris des opposants, une validation des autorités qui met en danger l’eau, l’air, la santé publique, le vivant…
L’état sert directement les intérêts privés de multinationales : le groupe allemand HEIDELBERG-filiale Calcia à Vexin, le groupe français COLAS-filiale Cogesud à Audun, dont BOUYGUES est actionnaire à plus de 90%.
Ces points communs, on les retrouve aussi à Vittel où le groupe suisse NESTLE siphonne les nappes phréatiques en toute impunité pour produire ses bouteilles plastiques Vittel, Hépar, Contrex.

Soutien aux habitant.es du secteur d'Audun opposé.es à cette carrière !
Halte au pillage des ressources naturelles !
Halte aux pratiques industrielles écocides !
L’eau, l’air, la terre pour la vie, pas pour le profit !

 

Pour plus d'infos, c'est par ici : VEXIN   AUDUN


Laverie nucléaire UNITECH : la préfète valide le projet !

10 juin 2020

Le nucléaire est un danger pour l'eau !
La préfète de Haute-Marne vient d'autoriser UNITECH à construire et exploiter une laverie nucléaire en bord de Marne près de Joinville !
En Haute Marne comme dans les Vosges, les préfet.es défendent les intérêts privés de multinationales (Unitech à Joinville, Nestlé à Vittel) au détriment de la santé publique, de l'environnement, du vivant.

Vittel-Joinville, même combat : l'eau pour la vie, pas pour le profit !

 

LIRE ou relire la publication de leauquimord de novembre 2018 intitulée "Vittel-Joinville, même combat"

 

VOIR plus d'infos sur les pages face book de ces cinq associations regroupées dans le  "Collectif contre Unitech" :  Belles Forêts sur Marne,  CEDRA,   EODRA Gudmont Dit NonJoinville Lave Plus Propre

 

 

Actualisation  27 juin 2020

Deux recours en référé auprès du Tribunal Administratif viennent d'être déposés par les opposants à la laverie UNITECH :

- un  par les associations nationales (EODRA, Greenpeace France, Sortir du Nucléaire), avec l'avocat Samuel Delalande afin de faire suspendre les travaux

- un par le "Collectif contre Unitech"    avec l'avocate Corinne Lepage

Ces deux recours sont complémentaires et toutes ces associations travaillent ensemble depuis le début de l'action.


Journée de l'environnement - Jour du dépassement

7 juin 2020

"La crise covid 19 a repoussé de 3 semaines le "jour du dépassement" .

Et si tous les minéraliers du monde avaient cessé leur activité, combien de jours supplémentaires aurait-on "gagné" ?
L'eau est une ressource naturelle vitale, son embouteillage est source de pollution non négligeable (plastique, transports...). L'activité d'embouteillage étant classée dans l'agro-alimentaire, elle n'a pas été suspendue bien que "non essentielle". A Vittel (Vosges), le scandale des pompages Nestlé a été gommé par le préfet et les élus, la recherche de solution au manque d'eau remise aux calendes grecques. Et à Merens (Ariège), le chantier de construction de l'embouteillage en a profité pour avancer à très grande vitesse. Ces deux exemples illustrent comment Journée de l'environnement - la crise covid a aggravé la crise de l'eau.

 

LIRE la publication de rtbf


Stop embouteillage MERENS !

26 mai 2020

Vittel-Merens même combat : STOP embouteillage !

Fin février 2020, leauquimord et un porte parole du Collectif Eau 88 se rendaient dans l'Ariège  pour soutenir la lutte en cours contre le projet d'embouteillage de l'eau à  Merens (voir publication des 28 et 29 février).
Le chantier de construction de l'usine d'embouteillage d'eau ne s'est pas arrêté pendant le confinement. Il a même tourné à très grande vitesse ! A Mérens comme à Vittel, la crise covid a aggravé la crise de l'eau ! Ces embouteilleurs, gros ou petits sont des pilleurs, pollueurs, menteurs. Le pire scandale est qu'ils agissent avec l'aval des autorités et d'élus sans scrupule, qui n'ont que faire de l'intérêt général. C'est intolérable !

 

LIRE la publication de "Stop Embouteillage Merens"

 

NB. Pour info, soulignons que  GSE appartient  intégralement , depuis 2019, au groupe allemand Goldbeck, leader sur le marché de constructions immobilier d'entreprise, implanté en Allemagne, Europe centrale, Europe de l'Est, Sud (Espagne, Italie, Portugal) et en France.


Sortie de confinement à Vittel-Nestlé - Révélation de  forages  illégaux

16 mai 2020

Le déconfinement  coïncide à quelques jours près, avec  la diffusion de l'émission de France 3 "Pièces à conviction" dans laquelle la journaliste Delphine Lopez  révèle l'existence de plusieurs forages Nestlé non autorisés. Du coup, le Collectif Eau 88 a annoncé une conférence de presse le 19 mai pour plus de précisions sur cette importante révélation.

A Vittel, depuis l'abandon du projet de pipeline en novembre 2019, on en est toujours au même point. Le Préfet et les principaux élus locaux sont muets, Nestlé déclare ce qu'il veut, à qui il veut. On ignore tout de l'état des 3 nappes phréatiques et du volume des prélèvements industriels actuels. La campagne municipale et la crise covid ont jeté un voile opaque sur la promesse préfectorale d'un "protocole de territoire" alternatif au calamiteux projet de pipeline. Nestlé continue de pomper, les emplois de baisser (personne n'en parle plus mais n'oublions pas les 110 suppressions de postes annoncées d'ici deux ans). Et puisque la situation avec Nestlé est quasiment inchangée depuis la victoire de l'abandon du pipe-line, on peut voir ou revoir ce remarquable reportage d'AJ+ (avril 2019) qui complète bien celui de FR3 Pièces à conviction


Halte aux profiteurs de crise !

9 mai 2020

 Le scandale de Sanofi a fait du bruit ces derniers temps. Mais il est un autre profiteur qui réussit à se faire plus discret dans les médias mainstream français, c’est Nestlé.
Comment Nestlé profite de la crise Covid ?

 Alors que sonne l’appel au dé-confinement et à la "reprise économique", leauquimord revient sur les deux derniers mois d’activité de Nestlé à Vittel.

 

LIRE et PARTAGER la publication de leauquimord

 

 

 

12 mai 2020 - Le Mouvement Européen pour l'Eau relaie la publication de leauquimord.
While France is calling for the lockdown end and "economic recovery", l'eau qui mord is coming back on the last months of continued activity of the Nestlé company in Vittel.

 "Nestlé is adapting to the crisis" was the headline of the Vosges matin on 14 March. "No supply problem".  The Vittel-Contrex-Hépar water bottling plant, with its noria of trucks, has not stopped running during the covid lockdown. However, its production is not essential. In fact, employees from Vittel, Contrexéville and neighbouring villages were unnecessarily exposed to health risks. Not to mention the hundreds of transporters and employees from online sales platforms or mass distribution who handle all this merchandise.

 

Merci à Europeenwater pour ce partage.

LIRE et PARTAGER la publication sur European Water

 


Oury pilant, pilé !

23 avril 2020
Le préfet des Vosges avait durci les mesures restrictives du confinement en interdisant les rassemblements statiques par arrêté du 8 avril. Saisi par la Ligue des Droits de l'homme, le juge des référés du tribunal de Nancy vient de suspendre cet arrêté.

Cette nouvelle claque dans la figure du Préfet des Vosges laisse le maire et le député de Vittel-Nestlé sans voix (rien sur le site de la ville ni sur les pages facebook de ces messieurs) !
Rappelons que c'est ce même préfet qui avait défendu bec et ongles le projet de pipe-line abandonné par le ministère de la transition écologique durant l'été 2019 !


La sécheresse s'installe déjà et à Vittel, Nestlé pompe toujours

18 avril 2020

Le début de printemps est très très sec. Dans mon jardin à Vittel, les citernes sont déjà vides. J’en suis réduite à utiliser l’eau du robinet pour arroser mes replants de framboisiers et fraisiers, mes semis de légumes. Comme l’herbe ne pousse pas beaucoup, comme j’ai limité la taille pour ne pas ajouter à la souffrance des arbres, je manque de tonte et de bois raméal fragmenté pour le paillage. J’ai dû me procurer vite fait de la paille chez un paysan bio.

Parions que le premier arrêté sécheresse arrivera au moins un mois plus tôt qu’en 2019.

Malgré la sécheresse récurrente de plus en plus précoce, Nestlé Waters conserve l’autorisation de pomper l’eau qui est sous nos pieds. Des centaines de camions continuent d’arriver aux portes de son usine pour transporter les bouteilles de Vittel-Contrex-Hépar à travers l’Europe. Une eau à jamais perdue pour notre territoire ! Sans parler de la pollution !

A Vittel, cette crise de l’eau risque d’être aggravée par la pandémie. En effet, le confinement suspend, pour plusieurs mois sans doute, la procédure de recherche d’une solution au grave déficit de la nappe phréatique profonde. Plus aucune information n’est diffusée par les autorités. Les prélèvements industriels se poursuivent dans l’opacité la plus totale. Nestlé profite aussi du Covid pour se refaire une image « responsable et solidaire » en faisant don aux hôpitaux d'équipements de protection, de chocolat, café et eau … tout en assurant la promotion de sa nouvelle bouteille en plastique de Vittel.

Malgré la crise sanitaire, malgré l’épuisement de la ressource en eau, malgré le changement climatique, les autorités et principaux élus sont fiers et heureux que l’usine d'embouteillage de l'eau continue de tourner.

Incompétence, irresponsabilité, complicité ? Peu importe !

Halte au crime !


Luxfer, OI, Nestlé : jolies bouteilles, sacrées bouteilles ?

10 avril 2020
Quelles sont les points communs entre :

LUXFER leader mondial des matériaux  de haute technologie (usine à Gerzat),

OI ex OWENS ILLINOIS leader mondial de l'emballage verre (usine à Gironcourt)

et NESTLE leader mondial de l'eau (usines à Vittel-Contrexéville et Vergèze/Perrier) :

- leur production, à savoir des bouteilles
- leur accumulation d’un maximum de profits
- leur impact déplorable sur les ressources naturelles et le climat
- leur mépris du vivant .
Quelle est leur principale  différence ?
- l’usine Luxfer de Gervat est la seule à fabriquer des produits essentiels (bouteilles d’oxygène).

Malgré l'urgence sanitaire Covid 19, malgré  l'urgence climatique, elle est la seule que les autorités s'obstinent à ne pas vouloir soutenir.
Chercher l'erreur, le double crime !
L’oxygène et l’eau pour la vie, pas pour le profit !

Soutien aux ex salarié.es de LUXFER à Gerzat !

VOIR VIDEO



Covid 19 - Pas de problème à Vittel-Valley-Nestlé ?

26 mars 2020
Le quotidien régional Vosges matin – Crédit Mutuel nous invite à rendre grâce à Nestlé Waters et à son partenaire MGE (éditions du 24 et 25 mars ) :
- « Nestlé Waters continue de tourner. Conscientes de notre rôle dans l’alimentation de la population, toutes nos équipes sont déterminées à préserver la continuité de nos activités. À ce jour, nous n’avons pas de problème d’approvisionne-ment grâce à nos partenaires logistiques et commerciaux… » déclare la multinationale productrice des marques Vittel, Contrex, Hépar.
- Le groupe de transport MGE, installé depuis peu à proximité immédiate de son très gros client Nestlé Waters, contribue à assurer l'approvisionnement du minéralier. « Notre société est devenue un service public » déclare fièrement le PDG de la MGE.
C’est beau !!! Les responsables syndicaux approuvent ?

« Rôle dans l’alimentation de la population, service public» ?! Foutaise ! De qui se moque-t-on ?
- Nestlé est un des pires prédateurs de la ressource en eau, bien commun ! L’eau en bouteilles n'est pas un besoin alimentaire essentiel et sa distribution ne constitue pas un service public. L'eau pour la vie, pas pour le profit !
- MGE est une société de transports privées qui a profité plein pot du démantèlement de la SNCF !

Rendez l’eau, rendez l’argent ! Et arrêtez d’exposer inutilement vos salarié.es aux risques découlant de la pandémie mondiale !



Journée mondiale de l'eau : le communiqué de FNE sur Vittel-Nestlé

22 mars 2020
L’épidémie de coronavirus a entrainé l’annulation de nombre de manifestations prévues autour de cette journée.
Le confinement ne doit pas nous faire oublier les conflits autour d’ « un problème de taille : un partage inéquitable de l’eau, au seul profit d’intérêts privés pour une ressource aussi rare que précieuse... »
Dans son communiqué du 20 mars, FNE s'appuie sur deux exemples : l'accaparement de l’eau de surface par les agriculteurs irrigants à Caussade, et la prédation de l’eau des nappes souterraines par Nestlé à Vittel.

 

LIRE le COMMUNIQUE de FNE

 


Covid 19 - Premier jour de confinement - 18 mars 2020


Municipales : résultats sans surprise à Vittel, Nestlé ville !

16 mars 2020

Vittel - Résultat des municipales sans surprise.
Le confinement est ancré depuis 170 ans dans le mode de vie des vitteloises et vittelois qui viennent de  renouveler leur confiance aveugle, sourde  et muette à leurs Maîtres passé et actuel !

 



Municipales de Vittel : bourrage de virus ?!

15 mars 2020 (jour des élections municipales)

Je me suis rendue au bureau de vote de la mairie de Vittel en milieu de matinée. Les conditions d'accueil ne sont pas conformes à ce qu'on pouvait attendre : rien de prévu pour le lavage des mains à l'entrée et à la sortie des salles de votation ; distance d'un mètre entre les votants non respectée. Au bureau n°1, une file d'attente compacte de près d'un quart d'heure, dans une atmosphère confinée, surchauffée, toutes fenêtres fermées alors qu'il fait 14° et grand soleil dehors.
Imaginons que le virus soit déjà présent à Vittel, les conditions ne sont-elles pas réunies pour faciliter sa diffusion à nombre d'habitants qui se rendent aux urnes ?

 

Mise à jour  16 mars 2020 - "Vittel : le maire confiné dès le 15 mars au soir  : "Franck Perry, 50 ans, a fêté sa victoire derrière un écran de télévision"

 

Mise à jour 29 mars 2020 - "Le député Jean-Jacques Gaultier [...] a été confiné pendant trois semaines pour une infection supposée au coronavirus."

 

Le député et le maire ne sont pas les seuls. Mais omerta oblige, nous ne sommes pas prêts de savoir combien cette campagne électorale - et également le maintien d'activités non essentielles - ont fait de victimes parmi les  habitants de Vittel.