L'eau qui mord soutient les opposant.es au projet CIGEO d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure, dans la Meuse, et dédie cet onglet à leur lutte.

 

Quelques-uns des liens sur la lutte à Bure :

CEDRA  site et page FB  (en particulier, voir

STOP BURE 55 

Vosges Alternative au Nucléaire


25 novembre 2021

Le territoire convoité pour Cigéo décrété Opération d'intérêt national ? La pire des annexions en cours !

 - Un décret sur mesure pour déposséder le territoire de ses prérogatives

 - Des démarches opérées sans en informer la population

 - La Coordination Stop Cigéo alerte les communes et collectivités concernées (52)

 

LIRE le communiqué du CEDRA 52


Les Brèves de Cigéo/Bure

 

 LIRE, dans CEDRA 52 actu, les  récapitulatifs des actions menées par les anti-Cigéo


20 aout 2021

L'eau qui mord au camp des Rayonnantes à Bure

L'eau qui mord a échangé avec les Rayonnantes sur la lutte à Vittel et les analogies avec le combat des antinucléaires contre le projet Cigéo à Bure et contre celui de la laverie nucléaire Unitech à Joinville.


VOIR le résumé de cette présentation (diaporama)


Merci les Rayonnantes pour votre accueil chaleureux et joyeux, pour vos engagements magnifiques !

La lutte continue contre le nucléaire, pire ennemi de l'eau et du vivant !

 

RETOUR en images sur le camp des Rayonnantes

 



28 juillet 2021
Création d'un Peloton de surveillance et d'intervention de gendarmerie (psig) pour criminaliser encore plus les anti-Bure ?
"A Bure, ce ne sont pas les opposants qui doivent faire peur, mais bien la menace de Cigeo.
Pourquoi dans un article sur la création d’un Psig à Saint-Dizier, une unité dédiée à la lutte contre la délinquance, il y a besoin de faire le lien avec Bure ?
Cela contribue à criminaliser, à inscrire dans la tête des gens manifestant = délinquant."

2 mars 2020

 L’atomisation au cœur du territoire Vittel, Contrex, Hépar, l’Ermitage ?

 C’est le mois anniversaire de la catastrophe nucléaire de Fukushima survenue il y a neuf ans.

 Mais dans le Landerneau vittelois, personne n’en parle, surtout pas les élus candidats aux municipale. Et pourtant…

 Quand risque nucléaire et risque d’épuisement de l’eau se combinent, notre avenir s’assombrit très très dangereusement…

 

LIRE et PARTAGER l'intégralité de la publication


28 septembre 2019 -

Le  Vent de Bure souffle sur Vittel
Que de monde à l’Assemblée inter luttes Grand Est puis dans la Rue à Nancy. 2000 manifestant.es rassemblé.es pour dire STOP au nucléaire.
La présence d’hélicoptères et de centaines de robocops encadrant la manifestation n’a pas réussi à casser la bonne ambiance !
L’eau qui mord avait répondu à l’appel de Vent de Bure :
- Pour dénoncer le pillage de l’eau de Vittel par Nestlé et le rôle complice des pouvoirs publics et d'une majorité d'élu.es !
- Pour souligner avec force que le nucléaire est un danger pour l'eau aussi et que le manque d’eau, le changement climatique, aggravent le danger nucléaire !
- Pour appeler à une convergence des luttes sur le thème de l’eau. Rien que dans le Grand Est, la nappe des GTI est menacée par CIGEO à Bure, NESTLE à Vittel, EGL gaz de couche en Moselle ; la Marne menacée par UNITECH Joinville ; la nappe d’Alsace menacée par STOCAMINE à Wittelsheim; la nappe de Moselle menacée par LFE Gaz de couche à St Avold, KNAUF à Illange… - !

La nucléarisation de la région Grand-Est est un projet mortifère !
Dans les Vosges, comment expliquer que le Président du Conseil départemental, le député, le Préfet du moment restent muets face au danger du projet CIGEO Bure ? Au-delà du risque nucléaire proprement dit, ils ne peuvent ignorer le « risque image » de ce projet écocide. L’image de l’eau, du tourisme sera ruinée dans tout le Grand-Est !
Comment expliquer le mutisme de Nestlé-Vittel ? L’eau qui mord a un gros doute : et si la multinationale avait passé un deal avec l’Etat ? Je te laisse ouvrir ta poubelle et tu me laisses pomper un maximum d’eau avant de partir !
Sortons du nucléaire ! Défendons l’eau, bien commun vital !

 

RELIRE la publication de leauquimord sur "Vittel, l'eau au goût atomique" (avril 2018)

RELIRE aussi celle sur " Vittel-Joinville, même combat" (novembre 2018)


11 août 2019 -

L'eau qui mord est au festival des BURElesques

 Quel est le lien entre les luttes contre le projet de poubelle nucléaire à Bure, la poubelle Stocamine à Wittelsheim, la carrière cimentière à Vexin, le projet d'embouteillage à Divonne, le projet de laverie nucléaire à Joinville, la laine de roche Knauf à Illange, l'embouteillage Nestlé à Vittel etc. : c'est l'eau !

 L'eau, bien commun menacé par les prédations et pollutions industrielles !

 Convergence des luttes ! HALTE aux pratiques criminelles écocides !  L'eau pour la vie, pas pour le profit !

 

A propos de Bure et Vittel :

LIRE  "Vittel, l'eau au goût atomique ?" (leauquimord avril 2018)

  A propos de Joinville et Vittel

LIRE "Vittel-Joinville, même combat" ((leauquimord novembre 2018)


Avril 2018

C’est le mois anniversaire de la catastrophe nucléaire de Fukushima survenue il y a sept ans. Personne ne peut ignorer que ce type de danger extrême nous pend au nez. La France est le pays le plus nucléarisé au monde. Je vous renvoie à tous les sites d’information sur les dangers du nucléaire et la nécessité d’en sortir au plus vite pour passer aux énergies 100% renouvelables. Mais à Vittel, dormons tranquilles ! Les autorités, les élu.e.s locaux, Neslé et sa Vigie de l’eau veillent sur notre sureté, notre santé, notre environnement, notre économie ! Et pourtant…

Vittel est situé dans un triangle explosif Fessenheim (198 km), Cattenom (177 km), Nogent sur Seine (235 km). Au risque monstre de pétage des centrales construites pour durer quarante ans (Fessenheim en a 40, Cattenom 39, Nogent 37) s’ajoute celui de catastrophe annoncée avec le projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (69 km de Vittel). Bertrand Thuillier, ingénieur, expert indépendant, a analysé les dossiers de l’ANDRA et communiqué dès 2012 sur les risques que comporte le projet Cigéo.

 

Les nuisances et les risques encourus sont terrifiants :

 - Émanation de rejets gazeux qui seront déportés par les vents d’Ouest en Est (hydrogène évacué des galeries par les cheminées de ventilation du fameux Bois Lejuc)

 - Explosions et incendies pouvant entraîner la dégradation des structures et la contamination des locaux, des habitants, de l’environnement… en particulier pollution nucléaire de la nappe d’eau des Grès du Trias Inférieur qui alimente en aval toute la population du bassin parisien !

 

Outre son coût faramineux, le projet comporte des erreurs économiques qui nous exposent au risque de double peine (visuels n° 27 à 33 du diaporama de Bertrand Thuillier) :

 - Impact négatif sur le tourisme et l’attractivité dans le secteur

 - Impact négatif sur l’image des produits agro-alimentaires

 - Image des marques d’eau de Nestlé France ruinée

 Les gens qui apprendront l’existence d’une poubelle nucléaire à proximité délaisseront les stations, n’achèteront plus de bouteilles de la marque VITTEL, CONTREX, HEPAR… . Même sanction vis-à-vis des fromages L’Ermitage, moins « réputés ».

 

Alors, pourquoi ce silence assourdissant de Jean-Jacques Gaulthier député LR de la quatrième circonscription l? Il est vrai que la famille politique à laquelle il est attaché a toujours soutenu et voté pour le tout nucléaire…

 

Et surtout, pourquoi ce silence assourdissant de Nestlé ? La multinationale n’a-t-elle pas affiché que pour elle, « l’exploitation de l’eau est inséparable de son environnement » ? On l’a vue intervenir avec succès pour faire stopper des projets de décharges beaucoup moins dangereux. Elle ne peut ignorer les risques d’impact de la poubelle nucléaire sur son image. Au début de la lutte contre le projet Cigéo, elle a même fourni gratuitement des bouteilles d’eau de VITTEL aux protestataires ! Puis elle a cessé de défendre leur cause et a quitté le Tour de Bure...

 

L’eau qui mord a un doute : et si Nestlé avait passé un deal avec l’Etat ? Je te laisse ouvrir ta poubelle, tu me laisses pomper un max d’eau avant que je ne parte…