La Vigie d’en Haut de Vittel, c’est l’inscience en toute conscience !

17 mars 2023
Son Top Chef, un chercheur INRAe à la retraite, n’est pas là pour parler eau en bouteilles. Naan, ha ha ha ! Il explique sur un ton sérieux que la Vigie d’en Haut « travaille essentiellement sur les enjeux environnementaux de l’eau ».
C’est très simple, iI y en a trois nous dit-il :
1. « Les volumes liés au changement climatique »
Mais les volumes manquants liés au pillage des nappes par Nestlé and Co sont hors sujet…
2. « Les qualités d'eau liée aux activités humaines »
Mais la pollution par les bouteilles en plastique de Nestlé and Co est hors sujet…
Quand la qualité est mauvaise, c’est la faute aux péquins. Quand elle est bonne, c’est grâce à Nestlé et aux pratiques inculquées par sa filiale Agrivair…
3. « Les partages entre les usagers quand l’eau est diminuée, que ce soit pour l’agriculture ou autre »
Mais l’énooorme cadeau de l’eau fait à Nestlé est hors sujet…
Selon l’inscientifique Vigie d’en Haut et les incultes Zélus d’en Bas, l’eau est un bien commun qu’il convient absolument de protéger. Il est inscientifiquement logique de la partager avec Nestlé, quoi qu’il en coûte pour l’environnement, pour le vivant…
Comme son nom l’indique, la Vigie d’en Haut est strictement inindépendante. Le tribunal correctionnel l’a reconnue coupable de prise illégale d’intérêt pour ses liens avec Nestlé du temps où elle travaillait à l’élaboration du projet de pipelines pour le SAGE GTI. La Vigie d’en Haut a fait appel de sa condamnation. Le procès aura lieu à Nancy le 30 mars, juste après la Journée mondiale de l’eau et le rassemblement contre les bassines qui siphonnent les nappes phréatiques pour l’irrigation de mégas cultures d’exportation… C’est top Chef ?!
SOURCES

La Vigie de l’Eau de Nestlé fait appel de sa condamnation : jugement le 30 mars à Nancy !

15 mars 2023
ommuniqué du Collectif eau 88 :
« Condamnée en 1ère instance par le tribunal correctionnel de Nancy pour prise illégale d’intérêt en faveur de Nestlé, la Vigie de l’Eau a fait appel de cette décision qui pourrait la priver à terme de son entrée dans les écoles…
Si vous pensez que ce petit jeu en faveur de Nestlé a assez duré, rejoignez-nous pour faire pression sur le jugement qui aura lieu à la Cour d’Appel de Nancy, place de la Carrière, le 30 mars 2023 à 13 h 30.
Nous serons présents dès 13 heures pour faire à la Vigie un accueil avec pancartes, tambours et trompettes et resterons là durant le temps du procès. On compte sur vous ! »
Rappel sur le procès
Lire l’article dans son intégralité (merci à Mediapart et We Report pour leur compréhension suite à cette diffusion ) :

Dans l’Hérault, la ville de Montagnac veut vendre son eau au groupe ALMA Cristalline !

15 mars 2023
Alors que le département était en alerte rouge l’été dernier, alors que le niveau des nappes phréatiques est trop bas à cause de la sécheresse hivernale, la bataille de l’eau éclate à Montagnac autour de deux projets.
 La construction d’un golf
Ce projet, initié en 2011, a été revalidé en 2020. Aujourd’hui, les élus régionaux et départementaux, les maires et les viticulteurs y sont opposés. Même la Commission Locale de l’Eau (CLE) a voté contre. Le promoteur privé, lui, ne veut rien lâcher. Il assure qu’en période de sécheresse, « on ne prélèvera pas d’eau ; on arrosera avec de l’eau puisée pendant l’hiver et stockée dans des bassines » !
 L’exploitation d’un forage pour l’embouteillage de l'eau
Pour la somme de 30 000 euros, le maire de Montagnac s’est engagé à céder au groupe ALMA (fabricant de Cristalline et autres marques d’eau en bouteilles) un forage précédemment destiné à alimenter une pisciculture en eau tiède. L’autorisation d’exploitation par ALMA est conditionnée au résultat d’une étude d’impact environnemental mandatée par l’État.
L’association « Veille au grain » a entamé un recours notamment pour manque d’information aux élus et à la population. Elle dénonce la bétonisation de terres agricoles et la privatisation d’un bien commun local.
Et la CLE, le Conseil départemental, le Conseil régional, ils en pensent quoi de cet autre projet ?
Le maire de Montagnac est lumineux. Son raisonnement est impayable : « L’eau est de plus en plus précieuse et c’est pour cela qu’on a besoin d’eau potable. En 2011, on n’a plus eu d’eau potable pendant trois jours : on a distribué de l’eau en bouteilles, de la Cristalline ! Dans l’Hérault, il n’y a pas de site sécurisé pour les situations de crise, il pourrait être considéré comme tel par l’État. Il ne s’agit pas d’une exploitation aveugle et capitalistique. »
Le groupe ALMA est le 3ème plus gros embouteilleur en France, derrière Nestlé et Danone. Avec ses 45 sites de production en Europe, sa trentaine de marques, il est bien connu pour son activité hautement philanthropique. Il faudrait être stupide pour ne pas lui faire confiance ?!
Futé comme il est, l’élu compte sans doute sur ce bienfaiteur pour sécuriser aussi l’activité du golf en remplissant ses bassines avec les bouteilles d’eau ?!
Décidément, ce maire est trop fort. Il devrait faire ami-ami avec celui de Vittel-Nestlé. Car pour ce qui est de l’irresponsabilité, de l’ignorance, de la non transparence, ils se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Dans le secteur de Vittel aussi, quand l’eau potable vient à manquer, les gens ont droit à une distribution de bouteilles en plastique...
L’eau manque partout ! Il est grand temps d’en finir avec les golfs, les bassines, les embouteillages… !
L’eau pour la vie, pas le profit !

Interview de Bernard Schmitt sur Vosges FM

7 mars 2023

Sécheresse : le Collectif s'inquiète sur le remplissage des nappes phréatiques

ECOUTER l'interview

 



En Moselle, la ville de Dieuze veut vendre son eau aux hypermarchés LECLERC !

6 mars 2023
Alors que la sécheresse sévit partout en France, alors que les nappes phréatiques ne parviennent plus à se reconstituer, le lumineux maire de Dieuze s’apprête à céder l’eau de sa commune au groupe LECLERC !
Après la fermeture des usines chimiques Ugine-Kuhlman, après le départ des parachutistes du 13ème RDP, « il fallait bien trouver des idées » pour redresser les finances de la commune.
Eurêka ! « A Dieuze, on n’a plus de caserne mais on a de l’eau !». Aussi sec, voilà l'eau promise à un embouteilleur !
La Commune a vendu le terrain à Leclerc pour trois francs six sous. Deux forages ont été creusés pour puiser dans la nappe le contenu des bouteilles d’eau destinées aux hypermarchés Leclerc du Grand-Est. « On ira jusqu’à 500 000 m3 par an », annonce le maire qui mise sur 700 000 euros de rentrées financières.
« Être maire, c’est avoir des idées fortes, prendre des risques et les assumer» ?! Encore un élu aux idées insensées qui prend des risques inconsidérés, un irresponsable criminel !
Le groupe Leclerc n’en est pas à sa première opération d’accaparement de l'eau. Il possède, depuis 2005, une usine d’embouteillage d’eau de sources dans le Puy de Dôme (Eaux de sources de montagne Laqueuille), à deux pas de Volvic. En 2013, il a racheté la source Saint Diéry à Mont-Roucoux qui l’avait achetée à Danone en 2007. Aujourd’hui, tous ces pilleurs pollueurs plastique se font la guerre des prix mais continuent de s’entendre pour se partager la "ressource eau" et en tirer un profit maximum pour leurs actionnaires. C’est pareil avec la multinationale Nestlé qui focalise sa production sur les eaux dites « internationales » et laisse des plus petits qu’elle se répartir les gouttes restantes.
Habitants de Dieuze, si vous ne voulez pas devenir un 2ème Vittel ou un 2ème Volvic , GARDEZ VOTRE EAU ! Car l’eau c’est pour la vie, pas le profit !

 


L'eau qui mord et le Collectif Eau 88 avec la Fondation Danièle Mitterand

6 mars 2023
L'eau qui mord et le Collectif eau 88 avec la Fondation Danièle Mitterand pour défendre les nappes et les rivières des bassins versants, tisser des liens, développer des alliances...
Nous sommes l'eau qui se défend !
"En écho avec le 22 mars, la Journée Mondiale de l'eau, nous vous donnons rendez-vous tout au long du mois pour partir à la rencontre de celles et ceux qui luttent pour défendre cette source de vie !"
De la région de Vittel aux quartiers Nord de Marseille, en passant par le marais poitevin découvrez, un premier fragment de ces luttes menées par des collectifs au cœur de leur milieux de vie !


Salvetat - Vittel : même combat ! On y va !

26 février 2023
A l’approche de la journée mondiale de l’Eau, le Collectif de Défense de l’Eau du Montalet , en lutte contre DANONE et son projet de forage supplémentaire pour sa marque SALVETAT, a décidé de créer la « Fête de l’eau » afin de sensibiliser la population à l’importance de l’eau et l’intérêt de la préserver. Lors de cette journée, le collectif Eau 88 et L'eau qui mord (lutte Vittel-Nestlé) et Edouard de Féligonde (lutte Volvic-Danone) seront présents pour animer une table ronde ainsi que pour débattre autour du reportage « À sec, la grande soif des multinationales ».

 

 Association des Villageois Réunis Monts de Lacaune :

Cette association et le Collectif de défense de l'eau du Montalert luttent côte à côte contre Danone -La Salvetat.

 LIRE article de la Dépèche du Midi sur plusieurs courriers et un recours judiciaire engagé par cette association


D'accord pour vivre à côté d'une poubelle nucléaire ?

1er mars 2023

Total soutien au  collectif d'associations qui organise 12 réunions d'échanges sur Bure dans le cadre d' Info-Tour 88. Rendez-vous le 1er mars à Contexéville-Vittel.

La création d'une poubelle nucléaire à Bure aurait un impact déplorable sur l'activité économique du Grand-est.

 

Lire la publication de L'eau qui mord datée de mars 2020



A Vittel parmi les champions, le Maire tient la corde !

26 février 2023
Le maire de Vittel mérite un trophée pour son extraordinaire sens du service rendu et de la démocratie.
On n'a pas vu Frank Perry à la réunion de lancement de l'enquête (publique (courage, fuyons !). Poussé sans doute par le millier d'avis défavorables en ligne, voilà que deux minutes avant la clôture , ça le démange, il dépose en ligne...
Il écrit qu'il va consulter son conseil municipal sur l’enquête publique le 9 mars prochain alors qu'elle est clôturée depuis le 21 février.
En attendant, il a réuni sa « Commission thématique Eau » et a déposé sur le site de l’EP deux observations concluant que :
- Vittel ne pourra atteindre les objectifs fixés concernant la réparation des fuites sur le réseau d’eau potable ; le maire demande de « forts taux de subventions » aux pouvoirs publics sous peine de « hausse importante du prix de l’eau payé par l’usager »
- Le raccordement des forages rétrocédés par Nestlé ne sera pas prêt pour 2024 contrairement à ce qui est écrit dans le SAGE
- La mise en place de l’Observatoire est trop tardive ; il aurait mieux valu s’y prendre dès 1995.
Frank Perry craindrait-il de devenir le dindon de la farce du SAGE ?
A-t-il oublié qu’il a déjà transmis son avis au Conseil Départemental le 16 novembre 2021 ? Un avis favorable au SAGE bien sûr !
Notre champion perd-il la tête ou se moque-t-il de ses administré.e.s ?
Avis de la Commission thématique EAU de la commune de Vittel, déposé sur le site de l’enquête publique le 21 février, sous le numéro 952
Avis du maire de Vittel transmis au pilote du SAGE GTI le 16 novembre 2021 - Pièce n°9 : ensemble des avis émis lors de la phase de consultation des assemblées et synthèse /Document 2 : ensemble des avis (voir l'avis du Maire de Vittel daté du 16 novembre 2021 ;  il ressemble comme deux gouttes d'eau à celui du maire de Contrexéville)

Enquête publique : 1 000 fois NON à NESTLÉ  !

22 février  2023
Enquête publique SAGE GTI est close avec près de 1000 contributions toutes défavorables à ce projet insensé. Un immense merci à vous toutes et tous pour votre formidable soutien !
Panique à bord : pour tenter de "réduire, compenser" cette vague hostile qu'ils n'ont su "éviter", les "acteurs volontaires volontaristes" du projet de SAGE se sont invités in extremis dans l'EP en ligne. Le Directeur de Nestlé Waters Vosges, le maire de Vittel...(comme la Chambre de Commerce et d''Industrie des Vosges avant eux) ont deposé là leurs avis favorables qui figuraient déjà dans le dossier du SAGE en ligne ! Quelle mascarade ! Ils auraient mieux fait d'assumer leur position en faisant acte de présence à la réunion publique organisée par le Conseil départemental à Dompaire le 12 janvier ! Une réunion dont l'enregistrement video n'a pas été mis en ligne tant l'image des porteurs du projet était pitoyable !
Quelle sera votre conclusion Messieurs les Commissaires enquêteurs ? Aurez-vous la liberté, l'honnêteté, le courage de dire Non ?!
Lors de la Concertation publique de 2018-2019, Nestlé, le préfet, le député... avaient été  omniprésents pour défendre bec et ongles le projet de SAGE et son pipeline.
"20 h 20. - Le directeur des usines Nestlé Waters Vosges, Hervé Levis, s'exprime : "Je suis en tant que représentant de plus de 1000 salariés. Et on est là pour parler du déficit de la nappe. Nous avons les mêmes objectifs : la gestion durable de l'eau. Si nous ne faisons rien, la nappe GTI présente un risque d'assèchement. Notre préoccupation est de contribuer à trouver une solution sur le long terme. IL y a un avenir collectif radieux autour de l'eau sur ce territoire. C'est en travaillant collectivement qu'on trouvera un équilibre !" Il est applaudi. 
Souvenons-nous aussi du bourrage des ateliers de concertation par des cadres de Nestlé-Waters !
Hervé Levis a quitté Vittel dès juin 2019 pour préparer la charrette de 250 suppressions d'emplois à l'usine Perrier-Nestlé dans le Gard ; après quoi, en 2021, il a été nommé Directeur technique au siège de Nestlé à Issy les Moulinots. A Vittel on est passé sous la barre des 600 salariés et ce n'est pas fini ! Tu parles d'un "avenir collectif radieux." Ces gens là sont des menteurs, des voleurs et qui plus est, des pollueurs !
« 20 h 30. - Pierre Ory, le préfet des Vosges, reproche au Collectif Eau 88 de "confisquer le débat". "Nous n'étions pas obligés de saisir la commission nationale du débat public. Mais nous avons voulu le faire pour que toutes les garanties soient réunies de bons échanges", explique le préfet. Il ajoute : "Ce dossier est connu depuis longtemps dans la région. Mais il ne faut pas opposer sans cesse les intérêts des industriels et ceux des habitants. Pour l'heure, j'écoute. Je n'ai pas la main sur ce qui se passe. Il y a un garant. Il y a une CLE. Après cette CLE va élaborer des solutions, un projet de SAGE GTI. Ce projet sera-t-il confirme aux principes arrêtés le 3 juillet ? Je ne sais pas ! Je pars avec un a priori positif : que ce débat serve à éclaircir les choses. Je ne veux pas que ce débat dérape dès le premier soir ! »
"20 h 45. - Député LR des Vosges, et ancien maire de Vittel, Jean-Jacques Gaultier prend la parole. "Les hypothèses de forages à Valfroicourt ne sont qu'une préconisation de la CLE ! Si l'étude d'impact future est négative, on n'ira pas, c'est tout. Ici, personne n'a le monopole de l'écologie. Depuis 25 ans ici, à Vittel, on fait des choses sur 10 000 hectares, sur le territoire de l'impluvium. Je n'ai pas d'actions chez Nestlé ! Ce qui me préoccupe, c'est l'intérêt général du territoire."
Il n'y a pas eu besoin d’attendre une « étude d'impact » ! Les élus et le préfet ont dérapé un max quand la sécheresse est devenue telle (état de catastrophe naturelle). que l’État a ordonné l’abandon du projet de pipeline , donnant ainsi raison au Collectif eau 88 qui s’opposait depuis 4 ans à ce projet insensé. Et là ils recommencent leur délire ? La sécheresse est déjà là. Le SAGE ne passera pas !

A sec le Petit Vair !

21 février 2023

Le Petit Vair est déjà à sec en amont de Vittel !
A Contrexéville, son niveau est misérable !
Le niveau de la nappe à Haréville (site de captages Nestle) a baissé de près d'un mètre en quinze jours !
Le Préfet des Vosges vient de régulariser les prélèvements Nestlé en l’autorisant à prélever plus les 6 premiers mois de l’année ce qui permettra à Nestlé de stocker son embouteillage en prévision de l’été et d’échapper ensuite aux mesures de restriction des arrêtés sécheresse à venir !
C'est plus qu'irresponsable, c'est criminel !
Dites NON au SAGE GTI !
Vous avez jusqu'à ce jeudi 21 février à 16h pour :
- déposer votre avis en ligne sur le site sage gti : https://ssl.spl-xdemat.fr/.../projet-de.../observations.html
- ou l'envoyer par mail : sage-gti-enquete@vosges.fr
L'eau pour la vie, pas le profit !
LIRE l'avis déposé hier par Jean-François Fleck sur le site de l'enquête publique (n°890 ) avec relevés piezométriques à Hareville et photos


Brève rencontre avec h2o

20 février 2023
Cette brève est née d'une première rencontre avec Martine Le Bec à la fête citoyenne de Coordination Ile de France et à la projection du doc d'Arte "A sec - La grande soif des multinationales " au Bar commun à Paris.
Le magazine h2o fournit chaque mois une actualité mondiale de l'eau. Mais il diffuse aussi régulièrement des dossiers et reportages exclusifs en plus des nombreux articles et contributions volontaires qui nous sont transmis par les divers acteurs du monde de l'eau, notamment les chercheurs et les représentants des ONG impliquées dans le domaine.
Merci h2o  !

 


Le blues des naturalistes de bureau d'études,  "croque-morts venus prendre les mesures du cercueil" !

16 février 2023

Reporterre, le média de l'écologie est allé à la rencontre des naturalistes en bureau d'études, obligé.e.s de faire face aux impératifs économiques et politiques, au détriment de la prise en compte du vivant.
« On se retrouve dans une situation de dissonance cognitive : il faut accompagner le porteur de projet dans son contexte réglementaire, tout en essayant de protéger la biodiversité. Mais pour quelqu’un qui nous croise sur son terrain, on est les croque-morts venus prendre les mesures du cercueil. »
Voilà un "blues" qu'il faut garder en tête quand on nous parle de l'impact de projets comme Trame verte et bleue, Forêt d'exception, Renaturation du Petit Vair, Régularisation de forages illégaux et autorisations de prélèvements d'eau, SAGE GTI etc. S'en souvenir aussi pour mesurer la vacuité du principe "éviter, réduire, compenser" (cf. exemple )
Dessin extrait de l'article de  Reporterre : Le blues des naturalistes  en bureau d'études
VOIR sur Partager, c'est sympa : La "Protection de la nature" est-elle un échec ?   avec Julien Pierrot, fondateur et directeur de la revue naturaliste Salamandre
Se mettre en colère, une juste et saine colère pour stopper l'extermination du vivant ! Ce reportage, réalisé il y a un an environ, est annonciateur du réveil des naturalistes et de la création du mouvement Naturalistes Des Terres.

Le maire de Vittel repart à l'assaut des oiseaux !

10 février 2023
"Nous revoilà partis pour Vittel, encore Vittel, héééé oui cette jolie ville pleine de verdure, qui vante les bienfaits de la nature mais qui n'apprécie pas les oiseaux.
Les corbeaux on les tire, si si et même dans les nids alors que c'est interdit (le tireur mandaté par la commune a été pris en flagrant délit le 12 mai 2021), nous avions publié un post à ce sujet. Puis le 29 décembre 2022 c'est au tour des étourneaux avec des rapaces et des fusées, sauf que les fusées, ça peut aussi tuer (la preuve en image). Maintenant c'est au tour des pigeons, il y a trop de pigeons aussi."
Le maire de Vittel n'a ni l'intelligence du corbeau ni l'innocence d'une tourterelle. En même temps qu'il s'acharne bêtement et cruellement contre ces oiseaux, il se fait pigeonner par Nestlé qui pille l'eau des habitants pour gaver de profits ses actionnaires !
ÉCOUTER Michel Pastoureau , médiéviste et spécialiste de la symbolique, conter les déboires du corbeau à travers les âges

Projection-débat "A sec - La grande soif des multinationales", le 12 février, au Bar commun à Paris 18ème !

Février 2023
Projection du documentaire d’Arte « A sec – La grande soif des multinationales ».
Suivi d'un débat avec focus sur Vittel-Nestlé-land !
En présence d' Alexander Abdellillah, co-auteur du film et membre du Collectif de journalistes indépendats We Report, de Bernard Schmitt Collectif eau 88 et Renée Lise Rothiot L'eau qui mord.
Merci au Bar commun de nous accueillir pour une après-midi qui s'annonce riche et chaleureuse !   Ce bar associatif est animé par des bénévoles . Il est un lieu convivial pour refaire le monde, un espace d’engagement solidaire , un espace d’échange, de culture et de réflexion sur des sujets de société.
 
Suivre et soutenir le Bar commun :   Site web      Page FB   

 


Enquête publique SAGE GTI : dites NON à NESTLÉ  !

8 février 2023

Nous sommes à 13 jours de la clôture de l'enquête publique sur le SAGE GTI  !
Ce nouveau projet, censé répondre au danger d'épuisement des nappes d'eau dans le secteur de Vittel, reste 100% favorable à Nestlé. On ne veut pas de fausses solutions qui nous mettraient à sec !
L'actualité est chargée ces temps-ci. L'eau n'est pas encore suffisamment perçue comme un enjeu majeur et pourtant... l'eau c'est la vie ! Quand il n'y aura plus d'eau, il n'y aura plus d'emploi, plus de retraite, plus d'oiseaux, plus rien... Mobilisons-nous aussi autour de l'eau !
Profitez de cette enquête pour dire STOP au pillage de l'eau par Nestlé, NON au SAGE GTI !
Pour envoyer votre avis, n'hésitez pas, si besoin, à puiser dans les documents ci-dessous :
- avis de L'eau qui mord (un SAGE vide de sens sauf pour Nestlé)
Déposez votre " observation" sur le site d l'enquête publique  ICI  avant le 21 février à 16h (date de clôture de l' EP)
Merci pour votre soutien !
L'eau est à nous, pas aux minéraliers !
PARTAGER cet appel le plus largement possible svp, merci
Mises à jour
AUTRES ARGUMENTAIRES transmis par divers opposant.es au SAGE GTI  à L'eau qui mord (observations par ailleurs déposées sur le site de l'enquête publique)
- Sur l' Observatoire  (16 février)
COMMISSION d’enquête PARLEMENTAIRE sur  VITTEL (avril-juillet 2021)
 Extrait de l’Avant propos de la Présidente Mathilde Panot :
« Les travaux de notre commission d’enquête ont ainsi pu mettre en lumière l’accaparement patent des minéraliers comme Nestlé à Vittel ou Danone à Volvic sur les nappes phréatiques au détriment des habitants et du bon état écologique des nappes. Ni Nestlé, ni Danone ne respectent la priorisation des usages prévue par la loi n° 2006-1772 du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques. »
 Extrait de la contribution de la députée Mathilde Panot dans les Contributions des Membres de la Commission d’enquête :
« Le sentiment de toute puissance des lobbies de l’eau
À Volvic et à Vittel, les géants Danone et Nestlé se sont immiscés dans les instances de l’État, et la porosité de leurs discours avec ceux des représentants de l’État et des élus interroge.
À Vittel, les forages de Nestlé ont été régularisés après leur installation par des pouvoirs publics complaisants qui n’ont pas fait respecter la procédure d’autorisation a priori. Cela soulève la question des études d’impact environnementales exigées pour de tels ouvrages. Cette question de la légalité et régularité des forages se pose également à Volvic.
Les représentants de l’État, les élus et les multinationales aiment à répéter qu’ils ne disposent pas d’informations suffisantes pour prendre des mesures de restriction conséquentes des prélèvements des sociétés minéralières. Pourtant, des études du BRGM à Vittel et une thèse de M. Simon Rouquet financée par Danone et destinée à la direction départementale des territoires (DDT) présentent des informations suffisantes pour justifier l’application de mesures restrictives dans le respect du principe de précaution. Dans les deux cas, les décideurs publics commandent de nouvelles études, repoussant de facto les décisions.
Le déplacement que notre commission d’enquête a effectué à Vittel a permis de mettre en lumière la gravité du contrôle des élus par les minéraliers. Les élus ont dit explicitement à la commission d’enquête que les intérêts de Nestlé se confondaient avec les leurs, et qu’ils n’iraient jamais à l’encontre des intérêts de la multinationale. La surtaxe versée par Nestlé à la ville de Vittel représente un quart de son budget municipal. Face à une telle dépendance, il est illusoire d’imaginer un contrôle effectif sur l’entreprise.
Nestlé n’est pas étranger aux pratiques de prises illégales d’intérêts. Une élue de Vittel est actuellement poursuivie pour avoir siégé à la commission locale de l’eau (CLE) alors qu’elle avait des liens familiaux avec un cadre de Nestlé. La nouvelle association pour la protection de la nappe des grès du Trias Inférieur (GTI), qui a pour vocation de porter le schéma d’aménagement et de gestion de l’eau (SAGE), pose de sérieuses questions sur une répétition des erreurs du passé. Cette fois-ci, toutefois, les membres de l’association ne sont pas des salariés de l’entreprise et/ou leur conjoint, mais des élus et des structures publiques qui sont toutes directement ou indirectement, dépendantes de Nestlé dans leurs financements. Cela a d’ailleurs été dénoncé par un ensemble de maires exclus de l’association. Nous appelons à une vigilance accrue de cette association et des signataires du protocole d’engagement volontaire pour la sauvegarde de la nappe des GTI, pour éviter qu’ils prennent le pas sur la Commission locale de l’eau, dont l’indépendance a fait l’objet d’interrogations pendant nos auditions. Toute question dirigée vers sa présidente trouvait réponse dans la bouche du maire de Vittel, ou de son ancien maire, actuellement député des Vosges, alors que ni l’un ni l’autre ne siègent à la CLE. »
- TEXTE INTEGRAL DU RAPPORT de la Commission d’enquête sur « la mainmise des intérêts privés sur l’eau et ses conséquences »: https://www.assemblee-nationale.fr/.../l15b4376_rapport...
- VIDEOS des AUDITIONS de la Commission du 22 avril 2021 : (ne sont plus disponibles en ligne mais possibilité de se les faire envoyer par mail)
- EXTRAITS d’AUDITIONS -1- (sélectionnés par le Collectif Eau) 
- EXTRAITS d’AUDITIONS -2- (sélectionnés par le Collectif Eau) :
PRESSE :
Actu 88 : SAGE GTI, l’enquête publique se termine le 21 février, donnez votre avis !  (8 février)

Victoire de Yasmine Moterjami,lanceuse d'alerte contre Nestlé !

5 février 2023

 Yasmine Motarjemi vient de remporter une grande victoire contre Nestlé  ! Un combat pour la sécurité sanitaire des aliments, les droits humains, la justice et la vérité !
La décision en sa faveur rendue par la Cour d'appel suisse marque le terme d’un combat commencé face à Nestlé il y a 17 ans, contre le harcèlement mené par la Direction de Nestlé à son encontre

Félicitations  pour cette victoire tant attendue ! Nestlé abject jusqu'au bout, même après sa condamnation ! Cela ne nous étonne pas à Vittel, colonie de Nestlé. Sans aucun état d'âme et avec son cynisme habituel, la multinationale pille l'eau au dépend des habitants, pollue les sols avec ses décharges plastique, supprime des emplois à la pelle... Tout cela avec la complicité de l'état, des élus et des médias à son service ! Nestlé sème la terreur (omerta) pour maintenir son business en toute impunité. Nestlé invente des contes pour enfants, des histoires de fausse vertu protectrice de l'environnement. Nestlé détruit le vivant ! Nous aussi refusons de nous taire ! On va reprendre l'eau, reprendre les terres à Nestlé. Yasmine est un exemple de résistance face à cette multinationale. Merci et total respect !

 

VOIR la publication de Yasmine   (30 janvier 2023)

RETOUR sur l'histoire de Yasmine, lanceuse d'alerte (L'eau qui mord  décembre 2021)


Vittel - Un SAGE vide de sens... sauf pour Nestlé                                      (4) Fabrique de données, fabrique de consentement !

7 février 2023

L'eau qui mord termine ici sa série de commentaires sur le SAGE

 

1. Magouillage des données sur la répartition des prélèvements
La lecture du SAGE 2021 incite à croire que les industriels ont réduit significativement leurs prélèvements ces dernières années, au contraire des usagers dont on attend des efforts conséquents.
Sauf que les porteurs du projet ont modifié leur définition initiale des « catégories d’usages » de l’eau, ce qui biaise complètement l’analyse de l’évolution des prélèvements.
Pour exemple, la catégorie « usages domestiques », qui recouvre l’alimentation en eau potable des habitants et collectivités, a été élargie à d’autres usages (thermalisme, tourisme, agriculture, industries consommant moins de 50 000 m³ d’eau par an…), sans aucune distinction de répartition des volumes. Ainsi, le SAGE 2021 affiche que 66 % des volumes de prélèvement sont accordés aux « usages domestiques et assimilés » contre 34 % pour les usages industriels sans que cela ne reflète la réalité. Ce grossier amalgame a été dénoncé par la MRAE dans son avis page 22 !
En France, il existe une Banque Nationale des Prélèvements d’Eau qui recueille les informations concernant les gros volumes d’eau prélevés. C’est à elle que les « producteurs de données » dont le futur « Observatoire de l’eau » doivent déclarer leurs informations. Bizarrement, les catégorisations utilisées dans le SAGE en 2018 et 2021 sont différentes de la « nomenclature des usages » de la BNPE. Elles ont tout simplement été inventées, bricolées pour permettre un affichage favorable aux industriels, au premier rang desquels Nestlé !
La BNPE affiche, pour Vittel et les communes adjacentes, des données déclaratives bien différentes de celles du SAGE. Son relevé porte, non sur la seule nappe des GTI mais sur la totalité des nappes du secteur toutes exploitées par Nestlé. Cette approche « multi-nappes », réclamée par le Collectif eau 88, n’est pas du goût de l’État, des élus ni de la multinationale qui la refusent depuis 2010, depuis la 1ère année d'élaboration du SAGE.
Comment consentir à un SAGE découlant de données à ce point trafiquées ?!
2. Magouillage des données sur le climat et l’impact écologique 
Les considérations sur le climat occupent à peine deux pages dans le PAGD, sans aucune référence au GIEC.
Les moyennes de précipitations et de températures sont plus qu’amalgamées puisqu’elles portent sur la période 2000-2020 (encore une « simplification » malhonnête)
Il n’y a que treize lignes seulement sur le changement climatique qui « commence à produire des effets notoires » mais « l’absence de recul suffisant » ne permet pas d’en caractériser précisément les effets…
Ces effets sont pourtant bien visibles à travers les assecs de ruisseaux, la mort d’arbres remarquables dans les parcs thermaux, l’effondrement de la biodiversité, les 3 années consécutives de sécheresse conduisant à la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle en 2019, 2020, 2021 pour des dizaines de communes vosgiennes dont Vittel et Contrexéville.
L'Autorité environnementale (MRAE) souligne l’absence de connaissance du fonctionnement hydraulique général (en particulier des interconnexions entre les différentes nappes du secteur), la non prise compte des milieux superficiels et de leur biodiversité, la non prise en compte des risques connus et de leur évolution dans le contexte du changement climatique…
Comment consentir à un SAGE qui est un tel déni écologique ?!
3. Absence de données sur l’emploi et l’impact social 
Cette fois, le Préfet et les élus n’ont pas mis en avant le chantage à l’emploi. Il faut dire que Nestlé ne cesse de baisser ses effectifs, moins de 600 aujourd’hui, objectif 200-300 d’ici à ce qu’il vende l’eau qui nous reste ? Tout est en ordre pour que l’éventuel repreneur de l'usine Nestlé ait les coudées franches jusqu’en 2032 !
Au passage, ne pas croire que les autorisations de prélèvement régularisées hors SAGE pourront être remise en cause par le SAGE. Le déficit de la nappe des GTI est connu depuis 1970 et cela n’a pas empêché les embouteilleurs de pomper jusqu’à plus soif, avec le soutien de l’Etat et de politiques toujours au pouvoir.
A la fin, quand il n’y aura plus d’eau, il n’y aura plus d’emploi ni à l’embouteillage, ni à la fromagerie, ni dans l’agriculture, ni dans le tourisme, ni dans le commerce… Vittel, Contrexéville, Bulgnéville et environs seront zones mortes.
Comment consentir à un SAGE qui est un tel déni démocratique et social ?!
C'est tout vu, ce SAGE n'a aucun sens...sauf pour les groupes industriels comme Nestlé qui détruisent le vivant ! On n'en veut pas !
SOURCES :
1. Répartition des prélèvements par catégories d’usage :
Selon le SAGE (relevé des prélèvements dans la seule nappe des GTI)
• PAGD – Pièce n°2 - camemberts pages 40 et 46
• Avis de la MRAE - Pièce n°5 – Document 2 – page 22 (et dans la synthèse de l’avis global page 1 à 7)
Selon la BBPE (relevé des prélèvements dans l’ensemble des nappes)
• Nomenclature des usages : https://bnpe.eaufrance.fr/presentation
• BNPE : répartition des prélèvements sur Vittel : https://bnpe.eaufrance.fr/.../codeCommune/88516/annee/2019
2. Données sur le climat et l’impact climatique :
• PAGD – Pièce n°2 – pages 17-18
• Avis de la MRAE - Pièce n°5 – Document 2 – page 5-6 (synthèse)
3. Données sur l’emploi :
Silence médiatique depuis ces dernières publications datant d’il y a un an et plus... (début 2023, il reste moins de 600 salariés à l’usine Nestlé-Waters de Vittel-Contrexéville !)
Images de "l'effet camembert" produit par le changement de catégorisation des usages et de la non prise en compte de l’ensemble des nappes dans le projet de SAGE (un effet 100% favorable à Nestlé !) : en haut, la répartition des prélèvements vue par la BNPE ; en bas, reparttion vue par le SAGE GTI.

Au delà des concertations et enquêtes publiques bidon : la reprise des terres et de l'eau !

28 janvier 2023
VITTEL- SAGE GTI - Enquête publique en cours
A ce jour, le Conseil départemental n'a toujours pas mis en ligne l'enregistrement vidéo et verbatim de sa réunion publique de présentation du SAGE GTI à Dompaire le 12 janvier. C'est parce les élus et représentants de l'état ont été mis en échec complet par les nombreuses questions et interventions du public, du Collectif Eau 88 ?
Silence aussi sur la contre-réunion du Collectif le 26 janvier à Contrexeville. A part Vosges matin, aucun média ne s'est déplacé ni même n'a interviewé le CE88 par téléphone. On sait à quoi s'attendre avec VM. Concernant la réunion de Dompaire, le quotidien du Crédit mutuel avait minimisé le naufrage des élu.es affidés de Nestlé et limité l'accès à son article à une édition en ligne réservée aux abonnés.
A ce jour donc, la seule position relayée par le site officiel de SAGE et par les médias conventionnels est celle des promoteurs de SAGE ! Une fois de plus, les tenants du système en place invitent les habitants à formuler des "observations" à l'aveugle !
Tu parles de "transparence" et de "démocratie" ! L'omerta règne plus que jamais dans le secteur de Vittel Nestlé-Land !
Pour accéder à des infos sérieuses, sourcées, argumentées, rendez-vous sur les sites de L'eau qui mord et de Vosges Nature Environnement.
Rien à attendre de l'Etat, ni des élus, ni des médias aux ordres !  Ne compter que sur nous mêmes !
Bien au delà des enquêtes publiques et concertations bidon, l'avenir des luttes est à la mobilisation pour reprendre l'eau et les terres !
L'eau pour la vie, pas le profit !

 


Vittel - Un SAGE vide de sens...sauf pour Nestlé                                       (3) Confusion, évitement, triche

L'eau qui mord poursuit sa série de commentaires sur le projet de SAGE GTI

   

   1. Prière d’oublier Vittel

 La seule et unique réunion publique prévue par le Conseil départemental sur le projet de SAGE 2023 s’est déroulée à Dompaire et non à Vittel comme en 2019. C’est pourtant bien à Vittel-Contrexéville que se situe la cause du problème du manque d’eau dans le Sud-Ouest vosgien. Mais VITTEL, c’est Nestlé ! Et il faut éviter à tout prix que le machin-sage ne dégrade davantage l’image de la multinationale. Une image déjà tellement plombée par les affaires de pipeline, de procès, de décharges plastiques...

N’empêche, tenter de faire oublier la « capitale de l’eau » uniquement pour préserver une marque, c’est une manœuvre pitoyable !

 

U    2. Une  confusion soigneusement entretenue

 Le PAGD du SAGE s’ouvre sur une description de la nappe GTI dans son ensemble. La taille et la capacité de cette vaste ressource en eau paraissent rassurantes. Cette façon de présenter le contexte permet de minorer le problème en évitant de focaliser  sur la seule partie de cette nappe menacée d’épuisement, celle qui est surexploitée par Nestlé dans le secteur de Vittel (gîte C).

Le même biais de présentation est utilisé pour évoquer les deux autres nappes, accaparées elles aussi par la multinationale (gîtes A et B).

L’entretien de la confusion entre la nappe GTI et le gîte C de la nappe GTI est délibéré ; on le constate à toutes les étapes de la démarche d’élaboration du SAGE !

 

3.      Nestlé garde l’incognito

 En 2019 lors de la Concertation publique organisée à Vittel et Contrexéville, le directeur de l’embouteillage était venu en personne défendre le projet de transfert d’eau (pipeline).

En 2023, à la réunion de Dompaire sur l’Enquête publique, la multinationale n’a envoyé aucun représentant. J’y vois trois raisons.

 Hors cadre du SAGE, en 2022, Nestlé a obtenu du préfet qu’il actualise toutes ses autorisations de prélèvement, en régularisant du même coup ses forages illégaux, et en lui permettant de pomper dans la nappe GTI (gîte C) jusqu’en 2027 et dans les deux autres nappes (gîtes A et B) jusqu’en 2032.

 Dans le cadre du SAGE 2023, il ne lui reste plus qu’à obtenir la validation des « interconnexions » destinées avant tout à sécuriser ses propres prélèvements. Pour son 2ème coup d’essai, Nestlé tente de se tenir en retrait et fait monter en première ligne ses affidés du Conseil départemental et de l’« Association pour la préservation et la gestion de la nappe des GTI ».

 La multinationale va vendre Vittel. Tout le monde le sait même si personne n’en parle.  Elle met en ordre son portefeuille et prépare le nid de son futur repreneur. Tout cela avec la complicité de l’Etat, de Collectivités et d’élus « volontaires ». Pour vendre plus facilement, il lui reste aussi 200-300 postes à supprimer. L’emploi chez Nestlé avait fait l’objet d’un véritable chantage dans le SAGE initial. Aujourd’hui, cette question n’est même plus évoquée.

Moins on en dit, mieux c’est ?

 

 4.      Une préfète aux aguets

 Le préfet qui a signé les arrêtés favorables à Nestlé est parti juste après.

La préfète qui vient de lui succéder ne s’est pas déplacée à Dompaire. C’était pourtant une belle occasion pour elle d’appréhender toutes les dimensions du problème. Elle a quand même envoyé un signal fort en dépêchant, sur place, une quinzaine de gendarmes (une première en six ans de lutte sur l’eau de Vittel).

Pour surveiller les activistes ou pour protéger les vrais éco-terroristes ?

 

 5.      Des experts en manque d’indépendance

 Les services de l’État n’ignorent pas que l’épuisement progressif de l’eau dans le secteur est en majeure partie liée à la surexploitation des nappes souterraines par l’industrie d’embouteillage des eaux de Vittel. Ils n’ignorent pas l’importance du changement climatique, de la chute de la biodiversité etc. Ils ne disent pas tout, ils évitent les mots qui fâchent, ils utilisent des formulations vaseuses. Ils reconnaissent eux-mêmes qu’ils n’ont pas assez de moyens.Dans ces conditions, comment faire confiance à leur diagnostic, leur suivi, leurs modèles de prévisions..?

Les politiques qui renvoient en permanence aux travaux des experts, savent qu’en réalité, ils prennent leurs décisions à l’aveugle.

 

6.      Des élu.e.s indéfectiblement muets

 A Dompaire, les élu.e.s en charge de présenter le SAGE ont juste été capables de lire les scripts insignifiants défilant à l’écran. Face aux questions de la salle, ils sont restés sans réponse.

 Les élus les plus impliqués, à savoir les maires de Vittel et Contrexéville, évitent dorénavant de parler de Nestlé et du manque d’eau. Ils ne sont pas venus à la réunion de Dompaire alors qu’ils sont les premiers signataires du « Protocole » et membres fondateurs de l’« Association pour la préservation et la gestion de la nappe des GTI ». Ils n’assument pas leur responsabilité. Malgré leur ignorance, leur arrogance et leur absence de courage, ils ont une place de choix dans la gouvernance du SAGE… Quelle triste farce !

 Le député Jean-Jacques Gaultier, qui avait défendu bec et ongle les transferts d’eau lors de la Concertation publique à Vittel, n’est pas au rendez-vous du public lui non plus. Courage, fuyons !

 Une majorité des autres élus concernés évite de poser des questions et valide le SAGE les yeux fermés. Sur les 190 communes du SAGE, 26 seulement se sont exprimées sur le projet via une délibération de leur conseil municipal : 1 est défavorable ; 5 ou 6 « ne peuvent valider certains choix » ; 1 s’abstient ; 3 n’ont pas de position ferme ; 15 valident. Les 164 communes restantes n’ont même pas pris la peine d’envoyer un avis au Conseil départemental ; les maires étaient avertis qu’une non-réponse de leur part serait considérée comme validation.

Combien étaient-ils à Dompaire ? Très peu sont intervenus. Et les rares qui ont posé des questions n’ont pas obtenu de réponse de la part des porteurs du projet. Combien viendront à la réunion du Collectif eau 88 le 26 janvier ? Quand se décideront-ils à ouvrir les yeux ? Quand cesseront-ils d’avoir peur ?

 

A suivre

 

LIRE et PARTAGER l'intégralité des commentaires et interventions  de L'eau qui mord sur l'enquête publique

 

 

Liens sources :

 

Association pour la préservation et la gestion de la nappe des GTI

 

 Pièce n°2 - PAGD - Pages 108 et 109 - Disposition 11 : Mettre en œuvre une gouvernance du SAGE et de ses déclinaisons opérationnelles (en bas de la page 109, voir mention de l’Association comme acteur de la « Mise en œuvre »)

 • Vittel-Contrexéville-Bulgnéville : création de l’association pour la préservation et la gestion de la nappe des Grès du Trias Inférieur (GTI) Communiqué de la Préfecture des Vosges

 • Objet et projets portés par l’Association (associations- info)

 

 

Délibérations des assemblées (leurs avis sur le SAGE)

 

Pièce n°9 - Ensemble des avis émis lors de la phase de consultation des assemblées

- Document 2 : délibérations des assemblés dont celles des 26 communes et celle du SIE de Bulgnéville-Vraine et Xaintois présidé par Bernard Mangin, membre à ce titre de l’Association pour la défense et la préservation du GTI

- Document 1 : synthèse des avis par le Conseil départemental.

 

Un exemple de triche : l’avis du SIE de Bulgnéville Vraine et Xaintois

-          Dans la délibération (doc 2), le président du SIE confond unanimité et majorité (voir le détail des votes)

-          Dans la synthèse (doc 1), le CD profite de l’erreur grossière de Mr Mangin pour afficher un avis favorable à l’unanimité alors qu’il l’est à la majorité seulement. Cette triche n’est pas anodine quand on sait que ce SIE est le premier ciblé par les transferts et que son président est Mr Mangin, membre de l’Association pour la préservation et la gestion de la nappe des GTI.

 

 

PARTAGER les commentaires (1 à 3) et l'intervention de l' Eau qui mord sur le SAGE GTI soumis à enquête publique


Réunion publique du Collectif Eau 88 sur le SAGE GTI le 26 janvier

21 janvier 2023
RÉUNION PUBLIQUE sur le SAGE GTI,
à l'invitation du Collectif eau 88
JEUDI 26 JANVIER à 19 heures
Espace André Chédid à CONTREXEVILLE
Le message et le flyer du Collectif :
"Comme annoncé, se retrouveront ceux qui le pourront, à Contrexéville espace Andrée Chedid, à 19h toutes celles et ceux qui souhaite poursuivre les échanges sur ce sujet après la mémorable réunion publique de Dompaire, engagée sous le signe de l’incompétence et de l’incongruité gendarmesque préfectorale.
Ci-joint un flyer réalisé par notre JPF préféré que vous pouvez transmettre tout autour de vous, imprimer, mettre dans les boîtes à lettre de votre quartier, ville, village.
Sachez que les 190 maires des communes du SAGE sont invités, nous les dénombrerons jeudi soir.
L’idée de cette réunion est aussi de lister des arguments pour le refus de ce SAGE qui vous permettrons de vous colleter avec les commissaires enquêteurs qui vont avoir fort à faire. Comment dire oui tout en émettant des réserves mais pas trop : c’est la fameuse quadrature du cercle !"
FLYER à imprimer, à diffuser, à partager le plus largement possible svp, merci !
MISE A JOUR 27 janvier 2023
Le message du Collectif  Eau 88 suite à sa contre-réunion du 26 janvier à Contrexéville :
"Cette réunion était la dernière d’un cycle débuté en 2016 et qui est entrain de se clore par cette enquête publique qui, quelles qu’en soient les conclusions-avis des commissaires enquêteurs, permettront à la CLE de voter le SAGE, comportement habituel de ses membres, à l’exception de la bande des quatre, puis au préfet d’arrêter le SAGE.
La seule voie qui s’offrira à nous sera donc la voie de la contestation judiciaire, à moins d’un retournement de situation, comme cela s’était produit avec le pipeline de Valfroicourt. Y-a-t-il un premier ministre et une politique écologique, un ministre chargé du sujet ? Il semble que oui puisque ce ministre vient de faire un plan pour diminuer la consommation d’eau par tout le monde ? Mais dans ce plan, là aussi, comme dans le SAGE, que des intentions, jamais de programmation, jamais de contraintes. En somme l’exécutif demande à toutes et tous de faire des efforts pour baisser les consommations d’eau de 10 % sur le quinquennat (et je vous rappelle 19° pour le chauffage) ce qui n’est aucunement à la hauteur de l’enjeu. Nous essayerons donc de faire confiance en la justice environnementale naissante (création d’un pôle judiciaire régional dépendant du procureur général de Nancy…).
Belle réunion hier soir à Contrexéville qui a vu se regrouper une cinquantaine de personnes, essentiellement du Collectif. Remarquons que les maires de Lignéville et de Gondrecourt se sont excusés et que madame Florence Reine, conseillère municipale représentait Monsieur Gerecke, maire de la ville, ce que nous avons apprécié.
Deux belles heures d’échanges, parfois, vifs sur les méthodes à déployer mais qui traduisent notre capacité collective à échanger. Nous sommes très fiers de cette situation dans laquelle toutes et tous ont su s’emparer du dossier. Bravo !
Un des sous-objectifs de cette rencontre était aussi de produire des arguments, pour celles et ceux qui le voudront ou le pourront pour aller à la rencontre, personnalisée, des Commissaires enquêteurs avant le 21 février. Rencontres physiques lors de leurs permanences territoriales ou interpellation par courrier ou courriel (sgae-gti-enquete@vosges.fr).
A cet effet vous pouvez consulter le fichier joint et y prélever quelques arguments, en rajouter…
Restons mobilisés et bon travail."
Pour le Collectif Eau 88

Lancement de l'enquête publique sur le SAGE GTI à Dompaire

16 janvier 2023
Retour de L’eau qui mord sur la réunion de présentation de l’enquête publique SAGE GTI par le Conseil départemental, à Dompaire,  le 12 janvier.
Cette réunion fut détonante ! Un vrai « tir de mortier » verbal !
Merci au Collectif Eau et à toutes et tous les participant.e.s dont les interventions et questions ont littéralement laissé dans le gaz les trois malélu.e.s de la tribune !
On attend avec impatience la vidéo de la réunion (pas de coupure, juste un titre à ajouter...).
Le nouveau projet de SAGE se résume en trois points : Priorité aux intérêts économiques de Nestlé ! Déni écologique ! Déni social et démocratique !
Le SAGE est vide de sens sauf pour Nestlé. Tant qu’il reste de l’eau, elle doit à tout prix profiter aux actionnaires. Alors « fuck » le changement climatique et même les emplois !
La nouvelle Préfète (absente), le Pdt du Conseil départemental (absent) et leurs acolytes (absents ou brillant par leur insignifiance) vont-ils nous dire bientôt, comme le Pdt Macron lors de ses vœux 2023 : « qui aurait pu prévoir ce qui nous arrive » ?!
On en a marre des petits arrangements entre amis, des passages en force…
En 2019, nous avons obtenu l’abandon du projet de pipeline malgré sa validation par la CLE, malgré la concertation publique bidon, malgré la validation finale du SAGE par le préfet.
Ce projet de SAGE ne vaut pas mieux que le précédent. Alors NON, c’est encore NON !
On ne lâche rien ! L’eau pour la vie, pas pour le profit !
Cette pancarte, réalisée en 2018, est toujours d'actualité !
12 janvier 2022
Articles dans la presse locale :  Actu 88      Vosges matin    Vosges matin

Nappes de Vittel : un SAGE vide de sens... sauf pour Nestlé !                        (2) Interconnexions avec Nestlé

6 janvier 2023
Sur le fond, ce nouveau Schéma m’apparaît aussi favorable à Nestlé et défavorable aux habitants que le premier.
Nestlé va moins pomper moins dans la nappe profonde mais plus dans les nappes du dessus ; globalement, ses prélèvements ne sont pas prêt de diminuer.
Le minéralier étant autorisé à poursuivre son exploitation des nappes, la réduction des fuites sur le réseau d’eau potable, les économies réalisées par les particuliers, les collectivités et les autres secteurs activités ne suffiront pas à pallier le manque d’eau dans le secteur de Vittel.
Pour « sécuriser » l’alimentation en eau des habitants, le SAGE avait initialement proposé des «transferts » du secteur Sud-Est vers le secteur Sud-Ouest via un pipeline amenant l’eau potable de Valfroicourt à Vittel. Ce projet insensé a heureusement été abandonné fin 2019 grâce à l’action du Collectif eau 88. Dans sa nouvelle version, le SAGE envisage des « interconnexions » à horizon 2027, « comme par exemple » entre les secteurs Nord et Sud-Ouest, du Vraine et Xaintois vers la zone de Vittel.
Rappelons qu’en avril 2016, Claudie Pruvost et la Vigie de l’Eau, alors pilotes du SAGE, avaient fait valider 4 scénarios possibles de transfert d’eau vers VITTEL (cf.photo) en provenance du :
-Sud-Est (eau du GTI à Lerrain, commune remplacée ensuite par Valfroicourt)
-Nord-Est (eau des alluvions de la Moselle à Vincey)
-Nord (sources de la Chavée à Attignéville, remplacée ensuite par Removille, vallée du Vair, Vraine et Xaintois)
-Ouest (calcaires du Dogger à Bazoilles sur Meuse)
(Voir photos des scénarios évolutifs présentés en 2016 et 2018)
Les concepteurs du SAGE n’ont donc rien changé à leur stratégie initiale.
Ils continuent d’accorder la priorité de l’eau à Nestlé et pas aux habitants.
Ils continuent de vouloir piquer l’eau des secteurs voisins pour que Nestlé puisse continuer à piller celle du secteur de Vittel.
Ils perpétuent des propositions de transfert d’eau portées initialement par une élue et une association reconnues coupables de prise illégale d’intérêt pour leurs liens avec Nestlé (la Vigie a fait appel de sa condamnation).
Ils nous prennent pour des benêts en rebaptisant ces transferts « interconnexions » ; ça fait plus solidaire (vive la solidarité avec le privé ?!!). Si Nestlé n’avait pas puisé en épuisant pendant 50 ans, on ne manquerait pas d’eau à ce point. Si Nestlé arrêtait d’embouteiller, le niveau de la nappe remonterait et on pourrait se préparer à vraiment faire face au changement climatique. Les interconnexions profiteraient aux seuls habitants et pas indirectement aux actionnaires des multinationales…
Je trouve que le floutage de ce dernier point, pourtant majeur, est assez malhonnête (contrairement à 2016-2018, quelques lignes seulement, pas de carte, pas de noms de communes…).
Il existe bien d’autres arnaques dans ce dossier. J’y reviendrai dans les prochaines publications.
NON au SAGE !
STOP embouteillage ! L’eau pour la vie, pas le profit !
A suivre…
Scenarios présentés à la CLE du SAGE le 26 avril 2016 par Claudie Pruvost et la vigie de l’eau (visuels 21 à 23) :

Nappes de Vittel : un SAGE vide de sens... sauf pour Nestlé !                        (1) L'interminable histoire du SAGE et de ses acteurs

3 janvier 2023

L’eau qui mord entreprend une série de commentaires sur le projet de Schéma d’aménagement et de gestion de l’eau de la nappe souterraine de Vittel (SAGE du GTI).

Ce SAGE, censé résoudre le problème du manque d’eau sous nos pieds, est en cours d’élaboration depuis 2009. Il en est à sa deuxième version. Une enquête publique est ouverte du 10 janvier au 21 février avant validation probable de ce schéma par la nouvelle préfète des Vosges. A moins que…

 

(1) - Histoire interminable du SAGE et de ses acteurs

En 1970, les autorités découvraient que le niveau de la « nappe GTI » était en baisse dans le secteur de Vittel.

Une étude BRGM de 1973 soulignait que cette nappe était « la seule solution d’avenir pour résoudre les problèmes d’alimentation en eau de cette région. Mais sous la réserve expresse que la gestion de cette ultime réserve soit menée avec toute la prudence désirable ».

Des mesures ont-elles été entreprises alors pour économiser cette précieuse réserve ? Non.

Nestlé venait d’entrer au capital de VITTEL. C’était le début de l’embouteillage plastique et des décharges industrielles redécouvertes récemment. Pour rien au monde il ne fallait entraver cette rêvolution économique.

 

Une deuxième étude du BRGM, réalisée en 1992 à la demande du PDG de la Société des Eaux de Vittel, concluait que, sous condition de ne pas augmenter les prélèvements, l’industriel pouvait continuer à exploiter la nappe GTI pendant 65 ans voir un siècle (et allez donc !).

En dépit de la baisse de niveau, cette même année 1992, le gouvernement Rocard-Evin-Cahuzac autorisait Nestlé à embouteiller massivement l’eau du GTI. Rappelons que cette demande d’autorisation avait été déposée par Guy de la Motte Bouloumié lui-même, un peu avant le rachat complet de son entreprise par la multinationale.

 

En 2004, face à l’aggravation du manque d’eau, les autorités se contentaient de classer le secteur en « zone de répartition des eaux (ZRE) », une appellation attestant de l’insuffisance des ressources par rapport aux besoins.

 

En 2009, « compte tenu du mauvais état quantitatif de la ressource », la décision était prise d’élaborer un Schéma d’aménagement et de gestion de l’eau (SAGE). Enfinun peu de sérieux ?!

A partir de 2010, Jean-Jacques Gaultier, actuel député LR, ex maire et conseiller départemental de Vittel, mettait le dispositif et la Vigie de l'eau sur les rails.

 

De 2013 à 2016, le SAGE, toujours porté par l'association La Vigie de l'eau, était piloté par une autre élue de Vittel. Toutes deux ont été condamnées en 2021 pour prise illégale d’intérêt avec Nestlé (la Vigie a fait appel). Leur proposition de construction d’un pipeline, favorable aux intérêts de la multinationale, était retenue pour le SAGE puis validée début 2019 par le préfet suite à une concertation publique bidon.

Ce projet a heureusement été abandonné fin 2019 grâce à la mobilisation intense du Collectif Eau 88. Une victoire pour les activistes, une humiliation pour le préfet et les élus locaux qui avaient défendu le pipe-line bec et ongles !

En 2020, « fin de la récréation » ! Dans le but sans doute d’écarter les gêneurs et de rester dans l’entre soi pour écrire une nouvelle version du SAGE, le préfet a sorti de son chapeau un « protocole d’engagement volontaire » signé par les mêmes acteurs qui avaient défendu le pipeline (Nestlé, le Président du Conseil Départemental, les maires de Vittel et Contrexéville et quelques autres…). De manière assez anti-démocratique, il a soutenu par ailleurs la création d’une association d’élus locaux (toujours les mêmes) chargée de préparer la mise en œuvre de solutions alternatives au pipeline abandonné.

Grâce à ce montage fumeux, Nestlé a conservé les manettes du SAGE tout en se faisant plus discret auprès du public et des médias.

Comme nous le verrons dans une prochaine publication, la deuxième version du SAGE est tout aussi favorable à la multinationale que la première !

 

Cinquante ans ont passé depuis la première alerte de surexploitation de la nape GTI. Le manque d’eau est devenu alarmant. Et ce sont les mêmes autorités, les mêmes castes de politiques soumis et irresponsables qui, depuis plus d’un demi-siècle, défendent des intérêts privés des minéraliers plutôt que l’intérêt général ; ce sont les mêmes qui persistent à soutenir un système insensé aujourd’hui dépassé.

NON au SAGE GTI ! L’eau pour la vie, pas le profit !

 

A suivre…

 

- Site du Conseil départemental dédié au SAGE GTI : le site n’est toujours pas actualisé à ce jour.

- PAGD-version finale

- Rapports BRGM de 1973 et 1992 - La prudence désirable ? (publication L’eau qui mord février 2020)

https://ssl.spl-xdemat.fr/Xenquetes/enquete/projet-de-schema-damenagement-et-de-gestion-des-eaux-de-la-nappe-des-gres-du-trias-inferieur-sage-gti--196/documents.html

- Nestlé fixe les règles du protocole (publication L’eau qui mord - février 2020)

- Prise illégale d’intérêts Pruvost-Vigie de l’EauLe procès (Vidéo Collectif Eau 88, L’eau qui mord, fin 2021) - Une élue condamnée pour ses liens avec Nestlé (Médiapart nov 2021)

 

  PARTAGER les commentaires de L'eau qui mord

  

MAJ 10 janvier 2023 - OUVERTURE de l'ENQUETE PUBLIQUE SAGE GTI - Sites officiels

 Site de la Préfecture : Avis d'enquête publique SAGE GTI (accès à tout le dossier)

Site du Conseil départemental - Consulter le dossier d'EP -  Déposer une observation 


Libérons l'eau de la Bourse !

7 décembre

L'Agora des Habitants de la Terre co-organise des manifestations autour du 7 décembre, date symbolique de l'entrée de l'eau à la Bourse de Chicago, en 2020.

 A Paris, c'est le 7 décembre.

En raison de la grève à la SNCF, L'eau qui mord et le Collectif ne pourront s'y rendre. Mais leur lutte sera bien présente et leurs communiqués relayé par les camarades présents sur place.

 

LIRE le Communiqué de L'eau qui mord et du Collectif Eau

 

Maj 14 décembre 2022

 

𝟯𝟬% 𝗱𝘂 𝗺𝗼𝗻𝗱e 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶é  à 𝗹𝗮 𝗴𝗲𝘀𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲𝘀 𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝗽𝗿𝗶𝘀𝗲𝘀 𝗲𝗻 𝗯𝗼𝘂𝗿𝘀𝗲 !
"Nous devons libérer la Vie, nous devons libérer l'humanité".
A Vittel, la multinationale Nestlé a la main mise sur le territoire depuis 50 ans. Elle est propriétaire de 80% des surfaces agricoles utiles. Ses pompages dans les 3 nappes phréatiques du secteur s'élèvent à plus de 50% du total des prélèvements effectués pour l'ensemble des usagers .
Vittel est un exemple emblématique de la colonisation du territoire par une multinationale !
Les pouvoirs publics font pire qu'abandonner, ils cautionnent, ils protègent les intérêts de Nestlé !
Remember Peter Brabeck, ex PDG de Nestlé toujours influent. Cette interview extraite du fim Bottled Life illustre bien les propos de Ricardo Petrella, Président de l'Agora des Habitants de la Terre


La Confédération paysanne des Vosges tire la sonnette d'alarme sur l'eau !

5 décembre 2022

Bravo à Thierry Jacquot de la Confédération Paysanne des Vosges pour son excellente interview sur Vosges FM ! Merci tout particulièrement pour son analyse sur la situation avec Nestlé dans le secteur de Vittel. Rappelons nous que Nestlé, champion de l'accaparement de l'eau et des terres, a main mise sur 80% des surfaces agricoles utiles via sa flilale Agrivair. Cela a été rendu possible grâce à la complicité de la Safer, de l'Etat et d'une majorité des élu.e.s du coin. Bienvenu aussi, le moment où Jean-François Perigné, ex Secrétaire national de la Confédération paysanne fait un rapprochement avec la situation Danone-Volvic.

Ça suffit ! Il y a urgence à changer cet "ordre" là ! L'eau pour la vie, pas le profit !

 

ÉCOUTER le podcast  du Vosges FM


Joyeux pourriversaire Nestlé, top pollueur mondial plastique !

29 novembre
Devant le siège parisien de Nestlé, SumOfUs , No plastic in my sea , Break  Free From Plastic , le Collectif Eau 88 et  L'eau qui mord ont  fêté le  5ème anniversaire de Nestlé parmi le top 5 mondial des pollueurs plastique.
Le journal tv d'Arte était présent. Comme le rappelle si bien la Directrice générale de No plastic dans ce reportage, " le débouché d'avenir des industries pétrolières, ce n'est plus l'énergie, c'est le plastique." Ce désir d'avenir est  partagé par Nestlé et autres géants de l'agro-alimentaire...comme en atteste l'association entre Total et Nestlé pour "développer une filière de recyclage chimique des plastiques en France" !
Malgré le changement climatique, malgré l'effondrement de la biodiversité, malgré l'eau en danger, la production de plastique ne cesse d'augmenter. Le plastique a beau "ne plus être fantastique", les pilleurs pollueurs s'accrochent à leurs business et se moquent bien de l'avenir du vivant !
A Vittel, les  monstrueuses décharges plastique Nestlé  révélées par deux lanceurs d'alerte (dont Didier) sont toujours en place. Nestlé s'était engagé à les évacuer et à dépolluer les terrains. Il n''en fait rien. Pire, l'Etat s'apprête à les classer ICPE.
Basta !

 

 

VOIR le GIFT  - Ronde de bouteilles Nestlé autour du gâteau de pourriversaire

VOIR le reportage du JOURNAL TV d'ARTE du 29 novembre

SIGNER et PARTAGER la PETITION de Sum of Us en soutien aux lanceurs d'alertes sur les décharges plastique Nestlé(depuis le lancement de cette pétition, en plus de Didier,  deux autres membres du Collectif Eau ont été convoqués par la gendarmerie suite à la plainte  de Nestlé pour pour effraction en réunion avec dégradation.A notre connaissance, à ce jour, Nestlé n'a pas retiré sa plainte non plus !

 

Photos Sum of Us et Collectif Eau 78

Photos des déchets plastique de Nestlé-Vittel : Alberto Campi, photojournaliste à We Report

 


Au Mans, avec Greenpeace, pour un ciné-débat "A sec-La grande soif des multinationales"

23 novembre 2022

Dans le cadre de FestiSol, le GL Greenpeace 72 organisait 🎦 un ciné débat sur l’accaparement de l’eau par les multinationale, avec  le Collectif eau 88 et L'eau qui mord Merci à toutes et tous pour votre accueil chaleureux et pour la richesse de cette rencontre. La lutte continue ! L'eau pour la vie, pas le profit ! 😊

 

VOIR ou REVOIR le doc d'Arte "A sec - La grande soif des multinationales" sur Vittel-Nestlé, Danone-Volvic, Coca-Cola-Lüneburg

 


Notre terre mourra proprement

15 novembre
Avec le film "Notre terre mourra proprement", partez à la découverte d'une page de l'histoire de la lutte contre l'enfouissement des déchets nucléaires qui est un danger pour l'eau, le vivant ! Mobilisations d'ampleur inégalée, rôle déterminant du monde paysan, sabotages, refus de la concertation... ont fait de dizaines de luttes locales des luttes victorieuses ! C'est avec tout cet héritage que la lutte à Bure continue, déterminée.
Cette histoire populaire est aussi un exemple pour nous qui luttons, à Vittel, contre le pillage de l'eau par Nestlé et contre l'oubli de ses monstrueuses décharges plastiques enfouies depuis 50 ans dans le sol (photo ci-contre).
Un immense merci à Comité Centrales pour ce colossal travail de mémoire ! Chapeau bas à toutes et tous ces admirables "militant.e.s historiques qui sonnent le réveil antinucléaire... On comprend pourquoi les gouvernements successifs, les influenceurs et même les grandes entreprises elles-mêmes s'acharnent à réviser en permanence l'histoire. Ce récit est régénérant, enthousiasmant ! S'imprégner de la culture des luttes pour ne pas sombrer dans la résignation, pour nourrir sa révolte... On ne lâche rien, le combat continue sur tous les fronts, pour en finir avec ce monde de m.... Pour la vie, pas le profit !

 



Danone-Volvic, Nestlé-Vittel : mêmes dégâts, mêmes combats !

11 novembre 2022

Bel article de Philippe Reltien, journaliste à la Cellule d'investigation de Radio-France, sur Volvic.

On y retrouve la référence aux  similitudes entre Danone-Volvic et Nestlé-Vittel (impact de la surexploitation sur les nappes phréatiques, pollution par des décharges industrielles de plastique...) avec, notamment, la vidéo de FR3 Gd Est sur la découverte de la décharge plastique Nestlé à Vittel. Une médiatiqtion que Danone a précisément cherché à éviter ...

 

LIRE l'article de France Info : Sources taries, décharge sauvage… En Auvergne, Volvic soupçonnée de menacer la ressource en eau

 

LIRE ou RELIRE la publication de L'eau qui mord  (17 octobre 2022) - Découverte d'une décharge plastique à Volvic : Danone mène l'enquête !


Au Mexique, la lutte contre Danone-Bonafont continue ! Signer la pétition !

11 novembre 2022

Danone : quittez le territoire de Cholulteca au Mexique ! 

Solidarité avec les  Peuples Unis !

Avec l'ONG Sum of Us, ils lancent un appel à soutien !

 

SIGNER et PARTAGER la PÉTITION

 

PÉTITION en ESPAGNOL

 


Retour sur la mobilisation des 29 et 30 août contre les mégas bassines

4 novembre 2022
L'eau qui mord et le Collectif eau 88 ont co-signé l'appel à la mobilisation des 29 et 30 août , avec 150 autres organisations.
Voici le retour de L'eau qui mord sur ce week-end .
Mes sentiments :
Fierté d’avoir participé à cette formidable mobilisation nationale à Sainte Soline, main dans la main avec des milliers de défenseuses et défenseurs de l’eau bien commun !
Colère et dégout devant la répression inouïe des forces de l’"ordre" ! Les centaines de grenades lacrymogènes (véritables armes chimiques), grenades assourdissantes, tirs de LBD, coups de matraques assénés par l’armée de robocops sont autrement plus intolérables que les quelques cailloux et feux d’artifice (« tirs de mortiers ») lancés par des activistes poussés à bout ! La terreur, la violence sont dans le camp de l’État !
Tristesse pour les blessé.e.s, les interpellé.e.s… Total soutien les Ami.e.s !
Solidarité avec les camarades qui ont symboliquement réussi à libérer l’eau des canalisations de cette N-ième bassine mortifère !
Une première victoire vient d’être remportée à Sainte Soline : le chantier est suspendu !
Le Mouvement de défense de l’eau exige l’arrêt définitif du chantier et un moratoire sur le projet des mégas bassines.
Cette mobilisation nationale contre les mégas bassines est emblématique de la défense de l’eau bien commun.
Les similitudes des bassines avec l’embouteillage de l’eau, l’enfouissement de déchets nucléaires ou chimiques et bien d’autres activités mortifères, sont criantes : accaparement de l’eau et des terres - pollution de l’eau, des sols, de l’air - destruction de la biodiversité - verdissage - chantage à l’emploi - conflits d’intérêts - illégalités - criminalisation des lanceurs d’alerte…
Nous sommes face à un véritable déni écologique, social et démocratique.
Il est urgent de nous unir face à la politique criminelle écocide imposée par le capitalisme mondialisé financiarisé et les Etats à son service. Les écoterroristes, ce sont eux !
Merci et total soutien au collectif « Pas une bassine de plus » qui nous rassemble et nous donne la force et l’intelligence collectives d’agir !
La lutte continue, dans les Deux Sèvres contre les mégas bassines, à Vittel contre Nestlé et autres pilleurs pollueurs… partout où l’eau est en danger !
No bassaran ! L’eau pour la vie, pas le profit !
Soutenez et rejoignez le Collectif Bassines non merci !

 



L’État donne son feu vert à Nestlé pour continuer à puiser et épuiser l'eau de Vittel ! Et deux nappes phréatiques de plus en danger !

25 octobre 2022
Malgré le manque d'eau dans le gîte C, malgré la sécheresse, le changement climatique, l’État vient d'autoriser Nestlé à continuer ses pompages dans les Gites A et B pendant  pendant dix ans !
Merci à Dominique Defranoux, naturaliste habitant de Vittel, pour son analyse que je partage :
"Mettre la charrue avant les boeufs : le Préfet donne une autorisation sans que le système de contrôle existe ( réseau piézométrique) et demande à Nestlé de contrôler le suivi des nappes, des sources et des cours d'eau, alors que C'EST LE RÔLE DE L'ÉTAT DE CONTRÔLER LA RESSOURCE EN EAU.
Ces 2 arrêtés sont accordés sur la foi d'une étude auprès d'un cabinet indépendant À LA DEMANDE DE NESTLÉ.
Le Préfet donne ainsi toute liberté à Nestlé d'exploiter les 2 nappes superficielles sans que l'état se donne le droit de contrôle qui lui incombe, et cela pour une durée de 10 ans.
Cette situation où l'état fuit ses responsabilités en donnant tout pouvoir à une entreprise qui a déjà fait la preuve de la surexploitation de la nappe profonde ( nappe des Grès) depuis plus de 50 ans et de la suppression de plus de 3500 emplois depuis 1991( date de l'OPA sur Vittel et Contrex), démontre l'abandon par l'état des intérêts de la population (qui a priorité sur l'utilisation de l'eau : loi de 2006). démontre l'abandon de la préservation des ressources en eau et des emplois ( quand il n'y aura plus d'eau, il n'y aura plus d'emplois) et privilégie une pseudo -défense de l'emploi alors que ceux-ci n'ont cessé de diminuer depuis plus de 50 ans (et continue avec le chantage à l'emploi actuel).
Non seulement les 6 forages illégaux sont ainsi blanchis sans qu'il soit besoin d'accorder des autorisations à posteriori, mais l'augmentation de l'autorisation de 2,1 à 2,8 Millions de M3 va réduire d'autant le remplissage de la nappe profonde: c'est l'eau qui alimente la population locale( malgré la réduction des prélèvements de Nestlé celle-ci est toujours en déficit par rapport à l'équilibre et les prélèvements ne doivent en aucun cas dépasser les 2 Millions de M3, or ils sont actuellement de 2,4 Millions ce qui signifie que la nappe des Grès continue de baisser :entre 15 et 20 mètres sur une épaisseur moyenne de 60 à 65 mètres pour cette nappe profonde: le danger est évident).
La magie de l'administration préfectorale qui occulte les problèmes pour 10 ans au lieu de les résoudre, montre à l'envi la dépendance de celle-ci à des groupes de pression tels que les multinationales et le peu de courage de l'état face au chantage à l'emploi qui contribue à mettre en danger les ressources en eau pour le futur.
Le système mis en place par la famille Bouloumié où les intérêts de la Société des eaux se confondaient avec ceux de la ville à conduit à la condamnation de l'ancienne première adjointe ( victime du système) et de la Vigie de l'eau pour conflits d'intérêts en faveur de Nestlé.( pour mémoire, Guy de la Motte Bouloumié à été maire en même temps qu'il était PDG de la Société des Eaux)
Aujourd'hui on peut ajouter des soupçons de conflits d'intérêts entre les autorités locales et régionales, et l'administration préfectorale avec la multinationale Nestlé.
L'avenir est sombre pour Vittel et Contrex qui vont voir leurs emplois fondre comme neige au soleil et leur avenir hypothéqué au bon vouloir d'une multinationale qui peut ainsi continuer à exploiter (piller?) une ressource sans contradictions ni contrôles et dont les profits iront en priorité dans les poches des actionnaires (étrangés).
Nos autorités sont aux ordres.
C'est lamentable, désolant, car contraire aux intérêts de l'ensemble de la population."

 


Pas une bassine de plus !  Visio-conférence de presse le 24 octobre

21 octobre 2022
L'eau qui mord et le Collectif Eau 88 ont appellé, avec 150 autres associations, à la mobilisation nationale des 28/29 octobre pour stopper le plus gros chantier prévu de méga-bassine à Sainte Soline (79).
VOIR VISIO-CONFERENCE de PRESSE NATIONALE
lundi 24 OCTOBRE


Découverte d'une décharge plastique à Volvic : Danone mène l'enquête !

19 octobre 2022

Fantastique, le plastique de Volvic ?!

Les similitudes entre Vittel-Nestlé et Volvic-Danone sont nombreuses ; Arte les a fort bien mises en évidence dans son documentaire « A sec – La grande soif des multinationales ».

En voici une nouvelle : l’existence et la découverte de décharges de plastique PVC, à Volvic comme à Vittel.

Sur ces décharges, la communication initiale des deux multinationales a été du même acabit : on n’en avait pas connaissance ; on n’y est pour rien, c’est un héritage ; la décharge est située sur l’impluvium mais aucun souci, les experts choisis par nous affirment son absence d’impact sur l’eau ; on a informé les autorités, elles vont nous accompagner ; on a un plan ; on va tout évacuer, nettoyer, replanter ; on est champions de la préservation du territoire, de la biodiversité ; ça va bien se passer…

A ce stade, j’ai le sentiment que la multinationale française s’en tire plutôt mieux que la suisse (les deux sont dans le même syndicat dirigé par un ex directeur de Nestlé ; il est probable que l’expérience de l’une profite à l’autre).

D’une part, Danone est assurée de l’appui la LPO et du Conservatoire de la réserve naturelle régionale des Cheires et Grottes de Volvic dont Danone est une entreprise partenaire (avec la ville de Volvic, elle est le principal propriétaire du site de la réserve) .

D’autre part, elle a bénéficié d’un délai de six mois entre la découverte et la médiatisation de sa décharge. Ce gain de temps lui a certainement permis la réalisation d’« une croissance en volume de près de 20% sur juillet et aout » …

Enfin et c’est à peine croyable, Danone a échappé, pour l’instant, au choc des photos. On a hâte de voir des images de cette autre décharge historique et de savoir où elle se situe précisément (rien ne vaut une visite sur site pour se rendre compte de la gravité du problème).

Dans son communiqué, Danone annonce, « à partir de 2024, l’enlèvement et le traitement des déchets (sous réserve de l’obtention des autorisations) et la réhabilitation des sites avec l’ambition de favoriser la biodiversité».

Où en est-on à Vittel deux ans après la révélation des décharges plastique par les lanceurs d’alerte et le Collectif Eau 88 ? Où en sont les promesses de Nestlé, qu’en est-il de son « accompagnement » par les autorités ?

Les deux décharges montrées dans le film d’Arte, celle dont quelques m3 ont été exhumés à l’aide d’une pelle mécanique et celle en forme de « colline », sont toujours en place. Avec l’alternance de fortes pluies et de sécheresse, le ravinement fait ressortir les plastiques de la « colline », on en aperçoit partout à présent, le sol est jonché de petits morceaux de plastique, c’est l’horreur. On n’a toujours pas connaissance des analyses promises par l’industriel. L’État s’apprête à classer la décharge ICPE (Installations Classées pour la protection de l’Environnement). Moyennant quoi, Nestlé n’aura plus qu’à clôturer, déclarer un contrôle périodique bidon et hop là, "circulez, il n’y a rien à voir" ?!

Comment faire confiance quand on est face à la dissimulation, à l’hypocrisie, au mensonge ?

Soutien à nos camarades de Volvic en lutte contre Danone et son principal complice, l’État !

 

Autres articles sur les décharges Volvic-Danone (scripts très proches, pas de photo montrant les bouteilles)

La Tribune  France 3  Le Parisien   Le Figaro

 

Les décharges plastique Vittel-Nestlé

Article de L’eau qui mord reprenant la chronologie des faits de la communication et contre-communication de Nestlé sur les décharges de Vittel (liens avec les principales publications des médias)

Articles de la presse locale sur la découverte de la décharge (FR3, Vosges matin, Via Vosges  - publications le 30 avril 2021)

 

PARTAGER cette publication

 


Microplastiques, maxi toxiques : les décharges de Vittel-Nestlé doivent  être évacuées en totalité !

10 octobre 2022
Un très grand merci et bravo à La Clé Des Ondes et Sylvie Nony pour ces deux interviews de Bernard Schmitt du Collectif Eau 88 sur Vittel-Nestlé, et d'Edgar Dusacre de l'ONG 4PScienseas !
Apprendre de la bouche d'une association de  chercheurs indépendants  que la pollution plastique terrestre tue les sols et pollue les nappes d'eau, cela conforte notre lutte pour le retrait de la totalité des bouteilles plastique enfouies dans le sol depuis 50 ans ! Lors de notre mise à jour des décharges en Nestlé avait déclaré qu'elle évacuerait tout  avec l'aide de sa partenaire Véolia. Or il s'avère que l'État complice des multinationales s'apprête à "classer la décharge ICPE" (installations classées pour la protection de l'environnement"). Après quoi, il suffira à Nestlé de clôturer, de déclarer un contrôle périodique bidon et hop là, "circulez, y a rien à voir" !
Bande d'hypocrites, de menteurs, de criminels écocides !
Basta !!! On ne va pas cesser de mordre, on ne lâche rien !
ECOUTER la chanson de Léo Ferré  "Le temps du plastique"     (merci à La Clé des Ondes qui nous a fit découvrir cette chanson épatante !)