Nettoyée la décharge près de Vittel Hépar-Nestlé ? Encore un enfumage !

26 février 2021

Nettoyée la décharge sauvage près de Vittel, à quelques encablures des sources HEPAR-NESTLE ? C’est beaucoup dire… Jugez-en vous-mêmes en vous rendant sur place ou en regardant les photos de  cet album.
L’évacuation des déchets, commencée lundi 15 février, n’a pas pris plus d’une semaine. Dimanche 21 février, nous sommes retournés sur le site à They-sous-Montfort. Il n’y avait plus aucun engin sur place. Les amas de gravats, bitumineux, ont été enlevés. La surface a été aplanie, damée, tout paraît net. Il ne manque plus qu’une couche de terre arable et un semis de prairie pour faire totalement illusion.
Illusion car en descendant les pentes du site, on voit affleurer quantité de gravats enrobés dans la végétation en sommeil. Du béton, du bitume, des morceaux de plaques d’amiante, un énorme morceau de buse… Cette décharge a tout l’aspect d’une colline dont on aurait raboté le sommet… En outre, elle déborde toujours sur le terrain d’un autre propriétaire, situé en contrebas. Pas content du tout le voisin, vous vous imaginez à sa place ?
Ce constat amène plusieurs questions d’intérêt général (que la presse locale s’interdit bien de poser) :
- Les autorités (Maire de They, DREAL…) se sont-elles rendues sur place pour établir un constat ? Ont-elles contrôlé la réalisation des travaux d’évacuation ?
- Quelle est officiellement l’importance de ce dépôt existant depuis 2009 : surface, hauteur, volume ?
- Quels sont les résultats de prélèvements et analyses réalisés ?
- Quelle ont été les multiples destinations des déchets ?
- Quelle est la preuve que les déchets de BTP COLAS concassés dès leur arrivée à la carrière SCRDE- Cracco sont bien des déchets inertes et des bitumineux sans goudron ?
- Des suites pénales et/ou administratives sont-elles prévues à l’encontre des producteurs (principalement l’entreprise Colas) et du détenteur de déchets (un agriculteur propriétaire du terrain « en contrat » avec Colas) ?
- Les autorités se satisfont-elles de cette évacuation partielle ou sont-elles décidées à faire « nettoyer » l’intégralité du dépôt ?
Cet exemple de décharge illégale est emblématique de la façon dont sont traitées les affaires dans le secteur de Vittel. Complaisance, petits arrangements en catimini a priori et a posteriori, fausses solutions, verdissage, enfumage…
Pendant que les uns et les autres gagnent du temps et de l’argent, la décharge continue son œuvre de pollution au cœur d’un territoire plutôt réputé pour la qualité de ses eaux.
Nestlé dont la filiale Agrivair prétend protéger la biodiversité et la qualité des « ses » nappes Hépar Vittel Contrex en passant contrat avec des agriculteurs capables de pratiques aussi dangereuses , Nestlé garde le silence...
Assez d’hypocrisie !
LIRE le guide de la DREAL Grand-Est « Infractions à la réglementation sur les déchets - Guide des sanctions administratives et des constats pénaux à l’usage des communes »
VOIR album photos actualisé « Décharge sauvage près de Vittel et des sources Hépar-Nestlé » sur leauquimord facebook

Nestlé Hépar Agrivair Vittel : la décharge de They-sous-Monfort en cours d'évacuation

17 février 2021
Fin décembre 2020, Vosges Nature Environnement et antiCOR dénonçaient la présence d’une décharge illégale près de Vittel, à peu de distance des sources Hépar-Nestlé.
VNE avait saisi le maire du village.
Visiblement, les élus, l’Etat (via la DREAL) et l’entreprise COLAS se sont remués car l'évacuation progresse à une vitesse supersonique.
VNE, le Collectif et leauquimord se sont rendus sur la décharge ce 17 février (voir publication du Collectif ). Ils ont suivi un des camions de la noria pour connaître la destination des déchets.
Les gravats, enlevés par la petite entreprise Laurent TP de Basoilles sur Meuse, sont été transportés à Rouvres la Chétive (à 26 km, entre Chatenois et Neufchâteau) et déversés sur la « Carrière » appartenant à la « Societé des Carrières Réunies De l'Est » (SCRDE) où ils seront vraisemblablement concassés. La DREAL a sûrement procédé à une analyse scientifique des composants de la décharge ? Tous pourront-ils être acceptés par la SCRDE ?
Affaire à suivre jusqu'au bout.
Cette évacuation montre que les autorités, élu.es et entreprises alliées sont capables d’agir vite. Elles savent accélérer quand il s’agit de sauver l’image des marques d’eau en bouteille Hépar Vittel.Elles savent freiner quand il est question de sauver les nappes menacées d’épuisement et redonner la priorité de l’eau aux habitants.Dans tous les cas, leurs réactions sont dictées par Nestlé dont elles privilégient les intérêts privés au détriment de l'intérêt général.

C'est la corruption qu'il faut entraver, pas antiCOR !

15 février 2021

L'avis du gouvernement sur le renouvellement de l'agrément d'ANTICOR, association anticorruption et pour le rétablissement de l'éthique en politique, est repoussé au 2 avril prochain.
Une campagne de presse odieuse tente de préparer l'opinion à une décision de refus du premier ministre. Cette presse, c'est en premier lieu celle des milliardaires JL.Lagardère, B.Arnault, V.Bolloré (le JDD) et F.Pinault (Le Point).
Pour qui roulent ceux qui attaquent antiCOR ?
La liste des affaires en cours touche des politiques de premier ordre et des multinationales de renom...
A Vittel, antiCOR porte depuis plus de quatre ans l'affaire de prise illégale d'intérêt dans le dossier du pipeline abandonné fin 2019. Le procès contre l'élue Claudie Pruvost et l'association La Vigie de l'Eau (officine de Nestlé) annoncé comme imminent fin 2019, devait se dérouler en décembre 2020. Il a été reporté à septembre 2021 pour cause d'indisponibilité de l'avocat de Claudie Pruvost...
Plus que jamais, les citoyens doivent soutenir la lutte #anticorruption, car nous sommes tous victimes.#JeSoutiensAnticor
VOIR publications de leauquimord et du Collectif sur la manifestation au Tribunel judiciaire de Nancy (décembre 2020)

Solidarité avec les défenseurs de l'eau dans le Maine, à Poland !

13 février

Nestlé a décidé de vendre ses marques d'eaux régionales en Amérique du Nord. L'affaire est en train de se conclure avec les eaux de Poland Spring près de Fryeburg dans le Maine. L'acheteur serait One Rock Capital Partners, un fond de capital investissement. La population exige le retour de l'eau à la populationet manifeste le 13 février à l'appel de Community Water Justice

Vittel - AgroParisTech appelé à poser un diagnostic sur la biodiversité

 

13 février 2020

Vingt-cinq étudiantes et étudiants d’AgroParisTech Nancy séjournent depuis le 25 janvier dans le secteur de Vittel pour élaborer un « diagnostic socio-écologique du territoire » et proposer un  « plan d’action en faveur de la biodiversité ».

 L’eau qui mord a rencontré deux de leurs représentantes accompagnées de leur professeur. Un entretien cordial et direct.

 

Ces étudiant.es sont en 3ème année et préparent leur master Gestion des milieux naturels..

 Ils logent dans des garnis, ont leurs « bureaux » dans la salle des fêtes de Lignéville et se déplacent avec les véhicules de leur école. Les frais seraient financés à 80% par des subventions publiques (pas de financement privé à la connaissance du professeur). Le montant (communiqué en off) est à faire préciser officiellement.

 

Comme on pouvait s’y attendre, le diagnostic demandé à AgroParisTech exclu le sujet de la pénurie d’eau, de son accaparement par Nestlé, de la menace sur le vivant.  L’eau et la biodiversité, c’est comme l’économie et l’écologie… il ne faut pas tout mélanger.

 

Au départ du « diagnostic », il y a cinq espèces : la pie-grièche grise, la cigogne noire, le milan royal, le triton crêté, la couleuvre verte et jaune.  

 L’étude s’intéresse aux sites sur lesquels ces différentes espèces sont présentes : prairies permanentes, petits cours d’eau, mares et vergers.

 Le but est de « préparer des chantiers vitrines » ouvrant vers « le lancement dynamique » de chantiers [plus vastes ?].

 Le travail des étudiants s’appuie sur des « auditions » et visites de terrain.

 - Les « partenaires » auditionnés sont Agrivair-Nestlé , Lorraine Association Nature, Meuse Nature Environnement,  le Conservatoire des Espèces naturelles de Lorraine, la Fédération pêche, une association locale de pêcheurs , le Collectif Eau 88…. Sans oublier la Vigie de l’Eau pour son rôle de « sensibilisation de la population » et « sa compétence scientifique en diagnostic de la qualité de l’eau ». L’INRA ne figure pas dans la liste des partenaires auditionnés mais la Vigie de l’Eau ne manque pas de gens de cet institut parmi ses représentant.es.

 - Des habitant.es sont entendu.es dont une partie à leur demande.

 - Trente maires sont auditionnés. Les communes sélectionnées sont celles qui ont des projets biodiversité réalisés ou prévus.

 - Des propriétaires de vergers sont contactés : Agrivair , un propriétaire de pommiers à Suriauville...

 

  Les étudiants ont quinze jours pour élaborer leur rapport qu’ils restitueront oralement le 18 février en visioconférence (les auditionnés y sont invités). Le rapport écrit sera ensuite soumis à validation des commanditaires avant d’être publié en ligne courant mars.

 

 C’est la Communauté de Communes Terre Eau (CCTE) qui a demandé ce travail à AgroParisTech dans le cadre de la Trame Verte et Bleue. La TVB est un des grands projets nationaux inventés en 2007 suite au Grenelle de l’Environnement  (JL.Borloo - N.Sarkozy) qui donne accès à des subventions publiques via des appels à projets.

 S’étant faite recaler sur l’appel à projet TVB de 2020, la CCTE avait besoin de ce diagnostic et plan d’action sur la biodiversité pour enrichir son mémoire de candidature à l’appel TVB de 2021.

 

Le calendrier s’avère particulièrement serré :

 --      -   Diagnostic étudiant pour la CCTE : du 25 janvier au 18 février 2021

 -          - Appel à projet TVB : publié le 2 février 2021

 -         -  Candidature CCTE à l’appel projet TVB : date limite de dépôt le 28 février 2021

 

 Si seulement les autorités et élu.es de ce territoire avançaient aussi vite sur le sujet de la surexploitation de l’eau par Nestlé et le danger d’épuisement des nappes pour le vivant…

 L'eau pour la vie, pas le profit !

 

PARTAGER cette publication

 VOIR projet de territoire CCTE incluant la TVB 2020-2021 (fiche B4)

 

"C'est quand même bizarre d'aller solliciter MNE, comme sil n'y avait pas assez d'associations impliquées dans les Vosges" commente un lecteur de ma page facebook ? Oui, je trouve aussi et m'en suis étonnée auprès du professeur d'AgriParisTech. Si j'ai bien compris sa réponse, la raison serait que MNE a déjà travaillé sur des projets similaires avec Agence de l'Eau, DREAL, Région Grand Est. Je viens de voir que MNE avait été lauréate TVB 2019 sur des vergers et TVB 2016 avec LOANA sur les mares. LOANA, plus proche géographiquement, a aussi été lauréate TVB 2017 sur un projet de restauration des continuités écologiques avec la Communauté de Commues Pays de Colombey Sud Toulois . Il faut croire que des habitudes de travail en commun se sont créées au fil des ans entre tous ces acteurs ?.. Pour plus de détails, VOIR les résultats de la TVB ces dernières années.   VOIR comptes-rendus-dactivites de MNE 


Bergers écartés, pommiers coupés... Nestlé-Vittel en quête d'une nouvelle image favorable à la biodiversité ?

Photos - Benoît et Ghislaine printemps été 2019 - Arrachage de pommiers Nestlé route de Lignéville hiver 2020

 

VOIR Reportage de FR 3 -Pièces à conviction (mai  2020)

- Extrait concernant Benoît Gilles

- Intégrale de l'émission

 

 

VOIR Reportages de TV étrangères  :

- SRF tv suisse -Novembre 2019

- ZDF tv allemande - 2ème chaine publique - Mai 2018 (sous-titré en français)

10 février 2021

Il y a un an, Benoît et Ghislaine Gille mettaient en vente leur maison et déménageaient en Creuse avec les animaux de leur « bergerie des anges ». Leur vie à Dombrot-le-Sec sur les terres de Nestlé-Vittel était devenue insupportable.

Pourtant, c’est bien Nestlé qui avait fait venir Benoît en 2014 via Agrivair, sa filiale «chargée de préserver les sols surplombant la nappe Vittel-Contrexéville. .

La multinationale comptait sur l’arbopastoralisme des Gilles pour « redonner une croissance productive à des pommiers en panne depuis leur plantation».

Une panne ? Un fiasco plutôt car les 30 000 pommiers, plantés en 2003 sur 73 hectares de terres Nestlé en vue de la production de petits pots pour bébés, n’ont jamais produit un fruit avant la venue du couple de paysans.

Nestlé ayant interdit aux bergers de puiser l’eau sur ses terres, Benoît et Ghislaine étaient contraints de s’approvisionner quotidiennement dans un village voisin pour abreuver leurs bêtes.

Au bout de six ans, épuisés, ils ont jeté l’éponge.

Cet hiver, Nestlé a commencé l’arrachage de ses vergers de pommiers (parcelle entre Vittel et Lignéville).

La multinationale a sans doute un nouveau plan en faveur de la biodiversité ?

 

LIRE articles presse nationale

Reporterre (mai 2019)

Sain et Naturel (mai et novembre 2020)

 

LIRE articles presse internationale

Deutschlandfunk -  février 2019

 

PARTAGER cette publication avec les liens

 



La Commission parlementaire sur la mainmise des intérêts privés de l'eau" va enquêter sur Vittel-Nestlé

8 février 2021

 La Commission d’enquête parlementaire sur « la mainmise des intérêts privés sur l’eau » va  notamment enquêter sur  Nestlé-Vittel  et Danone-Volvic.

 C'est la deuxième fois que le parlement actuel s'intéresse à la situation de l’eau avec Nestlé dans les Vosges.

 Les recommandations de la mission parlementaire sur « les « conflits d’usage en situation de pénurie d’eau », émises dans un rapport daté de juin 2019, ne semblent pas vraiment avoir été prise en compte par les « acteurs » chargé de répondre au problème de pénurie d’eau à Vittel.

 Souhaitons à cette commission une enquête fructueuse.

A suivre.

 

LIRE l'article de REPORTERRE " La France insoumise lance une commission d’enquête sur « la mainmise des intérêts privés sur l’eau » (3 février 2021)

 LIRE le rapport 2019 de la Mission parlementaire sur les "conflits d'usage en situation de pénurie d'eau" et les commentaires de l’Eau qui mord 


Vittel-Nestlé - Bilan 2020

6 février 2021
Depuis 4 ans, L’eau qui mord partage les actions du Collectif Eau 88 pour la priorité de l’eau aux habitants, contre la surexploitation de l’eau par Nestlé à Vittel.
La nouvelle année 2021 est l’occasion d’un retour en arrière sur notre combat à Vittel.
En 2021, la lutte s’annonce plus rude encore.
Alors, suivez L’eau qui mord et surtout, rejoignez le Collectif Eau 88 !
Un immense merci à mon fils Pierre Schmitt  qui a réalisé cette vidéo ! 😘


"Water Stories" : la bataille de l’eau (Nestlé, Danone, Roxane... )

« Tout au long de l’année 2021, une série d’enquêtes « Water Stories » du collectif We Report explorera les dessous du rapport de force de plus en plus dur entre simples usagers, industriels et agriculteurs pour le contrôle de la ressource en France et ailleurs en Europe. L’idée de cette série est de donner toute sa place à cette problématique encore trop méconnue.
La bataille de l’eau sévit en France. Alors que ce bien âprement disputé se partage entre l’agriculture, l’industrie et les usagers, les pratiques troubles de l’industrie de l’eau en bouteille nuisent gravement à l’environnement. Mais ce n’est pas le seul problème que posent la gestion et la commercialisation de l’eau sur le continent. Assèchement des nappes phréatiques et des cours d’eau, manipulation de la science, lobbying, optimisation fiscale… Les sécheresses massives des trois dernières années ont rendu intolérables les dérives installées de longue date. »

VOIR le site Waters Stories sur MEDIAPART
L'investigation continue notamment sur NESTLE à VITTEL, dans " Water Stories» : la bataille pour «l’or bleu»
L’eau qui mord se permet de diffuser cet article en remerciant par avance Mediapart et les journalistes We Report Alexander Abdelilah et Robert Schmidt pour leur compréhension. Abonnez-vous à Mediapart. Soutenons la presse indépendante

MICHIGAN : soutien aux habitant.es en lutte contre Nestlé !

21 janvier 2021

Depuis quatre ans, les citoyens du Michigan s’opposent massivement à l’augmentation de l’accaparement de l'eau par Nestlé dans le comté d'Osceola.

En novembre, une agence étatique a offert une énorme victoire à Nestlé. Après deux ans et 200 000 $ de frais juridiques, l’agence a déclaré que la décision finale ne relevait pas de sa compétence et a renvoyé l'affaire devant un autre tribunal.
Nestlé peut donc continuer à piller l’eau des communs et faire du profit tandis que des milliers de ménages du Michigan n'ont toujours pas d'eau potable
Il n'y a pas de justice dans cette décision. La tactique de Nestlé consiste à pousser ses opposants à la faillite en les gardant empêtrés indéfiniment dans les procédures judiciaires. Et l’agence étatique a parfaitement joué le jeu de la multinationale.

Les Citoyen.nes pour la Conservation de l’Eau du Michigan ont besoin de soutien financier. Ils lancent un appel à dons via l’ONG Sum of US, aidons-les.

L’eau qui mord et le Collectif Eau 88 avaient rencontré deux de leurs représentantes fin 2019 au Canada, lors de l’évènement international All Eyes on Nestlé : Diana d'Oscéola et Gina de Flint. Les situations, les conflits avec Nestlé en Amérique du Nord et en France ne manquent pas de similitudes.
Le problème avec Nestlé n’est pas local, il est mondial. Nous sommes face à l’un des plus grands prédateurs de ressources et pollueurs plastique au monde. Et le combat est très inégal. Nestlé « a les poches profondes, de bons avocats et de la patience » comme disent les canadiens. Il bénéficie de nombreuses complicités politiques et juridiques. Il a le temps pour lui, le temps que lui laissent les autorités et élus avec leurs reports d’échéances, leurs non-actions, leurs non-décisions récurrentes.

Regardons comment Nestlé se comporte ailleurs pour mieux comprendre quel avenir nous attend si nous ne sommes pas plus nombreux.ses à AGIR.

Soutenez, rejoignez les défenseuses et défenseurs de l’eau, du vivant !
L’eau pour la vie, pas le profit !

 

Plus d’infos sur la situation avec Nestlé au Michigan (2018 et 2020 - voir notamment l’excellente vidéos d’AJ+ partagée en janvier 2020)

Site du Michigan Citizens for Water Conservation


Vittel 2021, les vœux du Collectif Eau 88

15 janvier 2021

 

L'eau qui mord soutient le Collectif Eau88  !

Retrouvez toutes les publications du Collectif dans l'onglet qui lui est attribué sur le site de leauquimord.

 

LIRE les voeux publiés par le Collectif  à la date du 15 janvier


Circuit automobile à Mirecourt : encore un projet écocide ! Eau en danger ! Soutien au collectif "Coupe circuit" !

14 janvier 2021

Encore un projet incohérent, avec une enquête publique bidon, un démarrage de travaux illégal, des élus et autorités complices !
Encore un projet "confidentiel" qui a profité de la "crise sanitaire covid" pour avancer plein gaz !
Encore un projet écocide qui menace de pollution la ressource en eau !
« On en a marre ! Nous voulons un nouveau monde ! »

 

Voir les articles suite à la conférence de presse organisée, le 8 janvier sur le site de Juvaincourt, par le Collectif « Coupe circuit » et Vosges Nature Environnement, avec le soutien du Collectif eau 88.

viaVosges tv- Journal du 18 janvier - Au point mort

Vosges matin -Circuit automobile sur l'aéropôle de Mirecourt : le collectif d’opposants monte au créneau

Actu 88 - Le collectif Coupe circuit dénonce l'incohérence du projet de circuit avec le réchauffement climatique



STOCAMINE - VITTEL : quand l'inaction des autorités et élus risque de conduire à une détérioration irréversible des nappes d'eau

9 janvier 2021

Depuis vingt ans, les défenseurs de l’environnement demandent le retrait total des déchets toxiques ultimes enfouis sur le site de « STOCAMINE », dans les anciennes mines de potasse de Wittelsheim. Depuis vingt ans, les autorités sont dans l’inaction. Résultat : les galeries s’effondrent, les déchets se délitent et leur enlèvement devient de plus en plus problématique. Par la voix de sa ministre Nathalie Pompili, le gouvernement vient de proposer un « confinement » du site. Et tant pis si cette « solution » conduit à une pollution irréversible de la nappe phréatique alsacienne !

 

L’exemple de Stocamine renvoie bien sûr au projet CIGEO Bure qu’il est urgent d’abandonner. Ce projet d’enfouissement de déchets nucléaires met notamment en danger de pollution la nappe phréatique alimentant la population du Bassin parisien (cette même nappe qui est menacée d'épuisement à Vittel).
L'exemple de Stocamine renvoie aussi à la situation de VITTEL, où la surexploitation industrielle de l’eau menace d’épuisement les nappes phréatiques du secteur.
Le déficit de la nappe profonde est connu des autorités depuis cinquante ans. Durant ces cinquante ans, les autorités n'ont rien fait pour stopper ce déficit et permettre à la nappe de se reconstituer. En 2020, après abandon du projet insensé de pipeline, elles ont repoussé l'échéance d'une solution à 2027, via un « protocole de territoire » qui au final ne résoudra rien.
D'ors et déjà, elles permettent à la multinationale NESTLE de pomper d’avantage dans la nappe du dessus.
Plus le temps passe, plus la situation globale empire. Jusqu'à épuisement de la totalité de la ressource ?
Force est de constater que les gouvernements successifs (et les élu.es qui vont avec) ne défendent absolument pas l’intérêt général. Ils méprisent les populations, se moquent de l’écologie et de l’avenir du vivant.
Allez-vous attendre l’irréversibilité de ces situations pour agir ? Il sera trop tard !
L’eau est en danger en Alsace, en Haute-Marne, dans les Vosges, partout où des pratiques industrielles et des projets criminels écocides sont en jeu.
Rejoignez les collectifs en lutte pour la défense de l’eau !
L’eau pour la vie, pas le profit !
Tout mon soutien aux collectifs Eau en danger, Destocamine, Alsace Nature Environnement et autres qui ne lâchent rien !
LIRE les publications sur la venue de Nathalie Pompili à Stocamine le 5 janvier
- Communiqué des élus du CEDRA 52
PETITIONS :
lancée par  Eau en Danger ; lancée par Déstocamine
PLUS d'INFOS sur Stocamine,  notamment sur :
PLUS d'INFOS sur Vittel et les actions du Collectif Eau

Pollution - Découverte d'une décharge sauvage près de Vittel, à proximité des forages Nestlé HEPAR !

21 décembre 2020 -  MAJ 1er janvier 2021

Conférence de presse VNE-antiCOR sur une décharge sauvage à proximité des forages Nestlé-HEPAR près de Vittel

 

LIRE publication du Collectif eau  du 21 décembre et VOIR les retours de la presse régionale

 

Le maire de They a répondu à VNE. Voir lien ci-dessus mis à jour le 01/01/2021.